Milan en mai, une pause dans un bar à chat, le Crazy cat cafe

Regard de braise

buona giornata ! Si vous le voulez bien, retournons au mardi 8 mai, dernier jour de notre séjour à Milan, du 3 au 9 mai 2018

Après la visite émouvante du Cimetière Monumentale (voir l’article précédent)  dans la matinée, nous avions besoin d’un peu de réconfort. Comme il était bientôt midi, que nous n’étions pas très loin de notre hébergement, et que nous n’avions pas encore pu aller faire un tour au Crazy cat café situé à deux cents mètres de chez nous, c’était l’occasion où jamais.

Crazy cat café Milan
Le crazy cat café était fermé lors de notre premier passage …

J’avoue que si vous êtes allergiques aux chats, ce café resto n’est pas pour vous ! D’ailleurs, dès l’entrée, un serveur vous accueille en vous demandant si vous connaissez les chats, si vous en avez un, afin de déterminer si l’expérience sera agréable pour vous (et pour les matous du lieu !).

Continuer la lecture de « Milan en mai, une pause dans un bar à chat, le Crazy cat cafe »

Milan en mai, une matinée au Cimetière monumental

Ciao a tutti, le séjour à Milan du 3 au 9 mai 2018 se termine. Au programme de cette journée du 8 mai, visite du Cimitero Monumentale, et pause dans un café pas comme les autres… Pour les épisodes précédents, n’hésitez pas à aller voir la catégorie « Italie », ou remontez le temps en cliquant sur le titre précédent, en bas de chaque article, à gauche, juste avant les commentaires.

Mardi 8 mai. Cette semaine est passée très vite. Nous sommes l’avant-dernier jour de notre séjour à Milan, mais demain 9 mai, nous repartons dès le matin, l’avion décolle vers 11h, donc plus le temps de vadrouiller dans la ville. Aussi, pour nous, c’est bien le dernier jour pour profiter de Milan. Ça tombe bien, le soleil est toujours au rendez-vous !

Et il nous reste quelque chose que nous voulons vraiment voir, car nous sommes déjà passées devant en admirant sa façade : le Cimitero Monumentale, ou cimetière monumental de Milan. Nous l’avons visité dans la matinée, et nous avons bien fait, tant pour la belle lumière matinale que pour la tranquillité, seuls quelques habitués et touristes s’y croisaient ce matin-là.

Le Famedio du cimetière monumental de Milan
Le Famedio du cimetière monumental de Milan

Continuer la lecture de « Milan en mai, une matinée au Cimetière monumental »

Milan en mai, Casa Boschi di Stefano et Triennale

tunnel expo cyclopica

Ciao a tutti 🙂 Retour sur notre séjour à Milan du 3 au 9 mai 2018. Pour l’article précédent c’est par ici ! Aujourd’hui, je vous livre encore un gros morceau, la journée complète du 5 mai 🙂

Samedi 5 mai. La journée s’annonce lumineuse. J’ai repéré sur la page facebook  de Cosa fare a Milano un événement : « Open House Milano » qui revient chaque année, et propose des visites gratuites de plusieurs bâtiments  à Milan. En 2018, c’était le samedi 5 et dimanche 6 mai. Ça ressemble un peu aux journées du patrimoine chez nous.

Ces visites sont accompagnées par des guides spécialisés et des bénévoles. Le reste de l’année, ces maisons musées sont ouvertes au public moyennant une carte à l’année pour 20€.  Parmi ces édifices, la Casa Boschi di Stefano se trouve à quelques rues de notre logement. Occasion ou jamais de découvrir le quartier tout en ayant un but de visite pour cette belle matinée ensoleillée.

Discussion et graffitis

Vous voyez le Crazy Cat Café sur la carte ? on habitait à 100 m, et la casa Boschi n’est qu’à 10 minutes à pied.

Les rues sont un spectacle coloré dans ce quartier.

 

Entrée de parking
Entrée de parking

Ce parking n’a rien de touristique, mais que diable, je ne pouvais pas passer à côté de ces lignes !!

 

Ancienne et moderne
Ancienne et moderne

Les bâtiments modernes se reflètent dans les anciennes façades.

Entrées
Entrées

Comme l’année dernière, j’ai été attirée par de très jolies entrées…

La casa Boschi di Stefano, une maison musée

La résidence Boschi di Stefano a été donnée à la municipalité de Milan en 1974 et ouverte au public en 2003.

Escalier art déco
Escalier art déco

Cette grande et belle bâtisse a été habitée par le couple Antonio Boschi (1896-1988) et Marieda Di Stefano (1901-1968). Elle abrite environ 300 œuvres d’art. C’est une sélection parmi les quelques 2000 pièces que comprend la collection complète de ce couple amoureux de l’art.

Casa Boschi
Casa Boschi

Cette collection de peintures, dessins et sculptures constitue un bel aperçu de l’histoire de l’art italien au 20ème siècle, jusqu’aux années 60.

Casa Boschi
Casa Boschi

Au centre de ce triptyque, on voit un portrait du couple Antonio et Marieda.

L’architecture de l’édifice date des années de l’entre-deux guerres, avec de beaux détails art déco.

Escalier art déco 2
Escalier art déco 2

Plusieurs bénévoles nous accueillent, tous plus charmants les uns que les autres, enthousiastes et heureux de partager leur passion de l’art et mais aussi de parler français avec nous.

Des meubles et des peintures
Des meubles et des peintures

Toutes les pièces sans exception, jusqu’à la salle de bain, sont remplies d’œuvres. La collection est bien présentée, avec chaque fois une explication en italien et en anglais à propos de chaque peinture ou sculpture.

Tourne disque années 30
Haute fidélité

 

Piano et reflet
Piano en perspective

Si vous êtes à Milan en mai prochain, renseignez-vous sur l’Open House Milano, il y aura bien un édifice intéressant à visiter…

 

Famille de nounours
Famille de nounours

Un petit saut de métro et nous voilà dans le « jardin public Indro Montanelli ». (Dans les couloirs d’une des stations de métro, j’ai craqué sur cette jolie famille de nounours !!)

Giardini pubblici

Le jardin est très fréquenté le week-end, tant par les touristes que par les Milanais, entre les familles, les poussettes, les promeneurs, les maîtres de chiens, les joggeurs. Il faut avouer que c’est un poumon vert dans la ville très agréable.

Couple âgé sur un banc
Banc public

Comme nous avions prévu de flâner dans le quartier de Brera, situé au sud du parc, nous n’avons pas pris le temps d’arpenter toutes les allées…Mais j’ai quelques vues de l’année dernière que je n’avais pas utilisé, aussi je vous propose un petit mélange de 2017 et 2018 (les statues et les bancs n’ont pas changé 😉

bancs publics
Les bancs tout confort

 

sieste banc public
Série sieste !

 

statue parc Milan
A l’attaque !

 

statue parc Milan
Proportionnel
Le quartier de Brera
Arches porta nova Milan
Les arches de la porta nova

Nous poursuivons notre balade en passant sous l’arc de la Porta Nova, longeant la Via Alessandro Manzoni, puis les petites rues adjacentes, avec ses boutiques très chics.

vitrine mannequin
Aux petits soins

 

Surveillant

 

Touristes
Chercher son chemin

 

Mannequins en triptyque
Mannequins en triptyque

 

Mur d'escalade
Mur d’escalade

Nous descendons la via Brera,  jusqu’à la Pinacothèque de Brera.

Cour Pinacota Milan
La cour de la Pinacothèque

Il fait trop beau pour passer du temps à admirer les peintures qui remplissent ce musée (38 salles quand même, si ça vous dit !!) , mais la cour à elle seule vaut le détour.

statue et amoureux
Surveillés

 

Dessinatrice
Dessinatrice

 

Piliers
Piliers

 

Sous la statue
Sous la statue

La via Brera devient piétonne et très fréquentée, et nous avons l’embarras du choix pour la pause déjeuner. Nous trouvons une petite place à la terrasse du café Jamaica. Plutôt pas mal, pour des plats sans prétention. Ma salade de roquette, coppa, bresaola, noix et parmesan (miam !) était copieuse, fraîche et goûteuse.

La terrasse est agréable mais assez classique, rien d’extraordinaire et  j’ai oublié de prendre quelques photos, ce n’est pas très important.

A la place, un petit florilège de passants, élégants ou un peu excentriques, mélange de clichés de 2017 et 2018…

Jeunes hommes Élégance décontractée
Élégance décontractée

 

passante au sac rouge
Le sac rouge

Après le déjeuner, suite de la balade dans les rues piétonnes, jusqu’à  la place de la Chiesa Santa Maria del Carmine, assez spacieuse (la place, pas l’église !)  pour y accueillir une grande terrasse de restaurant, une étonnante statue tronquée, une série de scooters et j’en passe…

Scooters, pub et église
Scooters, pub et église

 

Statue coupée
Statue coupée

 

Représentation
Représentation

Puis, pour conjurer le sort, et sans sac de shopping 😉 (voir l’article précédent !) nous retournons au parc Sempione, mais avec un but précis : aller visiter la Triennale.

La Triennale di Milano
Le jardin du Palazzo dell’arte

Au sud-ouest du parc Sempione, le palazzo dell’Arte accueille la Triennale de Milan. Cette « Exposition internationale des arts décoratifs et industriels et de l’architecture moderne » a été inaugurée en 1923, elle se déroulait alors tous les deux ans à Monza.

Elle est devenue triennale en 1930 et a emménagé à Milan en 1933, dans le Palazzo dell’Arte, construit pour l’occasion.

Même si la triennale ne revient que tous les trois ans, le Triennale Design Museum, inauguré en 2007 est ouvert en permanence et accueille des expos temporaires ou permanentes. Le bâtiment est spacieux, avec de très hauts plafonds, et modulable en fonction des événements artistiques qui se renouvellent souvent.

Expo en prévision

 

Design en escalier
Design en escalier

Une bonne partie des expos peut être visitée gratuitement, n’hésitez pas à entrer.

Lors de notre passage, nous avons pu voir des photos noir et blanc superbes, immortalisant des moments forts des triennales des années passées, depuis les années 50 jusqu’à nos jours. Pour 1 euro symbolique (et notre adresse mail) on pouvait choisir une photo et en obtenir tout de suite un tirage 30×40. Sympa, non ?

Un exemple des photos proposées, qui m’a été envoyée par mail par la Triennale

La triennale di Milano est placée sous l’égide du Bureau International des Expositions, qui s’occupe entre autre des expositions universelles depuis 1928. Le siège du BIE est à Paris, et il regroupe les représentants de 170 pays membres.  Vous saviez que ça existait, ce truc ? moi, non. On en apprend tous les jours, et c’est ce qui me pousse à continuer ces articles, en plus de partager quelques photos. 

« La triennale est un rendez-vous international unique pour les acteurs clés de l’industrie du design et le grand public. »

C’est ainsi que nous avons pu visiter l’expo temporaire : « Cyclopica, the human side of infrastructure » qui a eu lieu du 1er mai au 3 juin (désolée, l’événement est passé, mais vous êtes peu à traîner à Milan en ce moment, non ?!)

entrée expo cyclopica
Cyclopica

Dommage que ce soit terminé, car c’était vraiment une expérience sensorielle intéressante.  L’exposition montre le travail de l’homme, et les forces utilisées pour construire des œuvres gigantesques. C’est aussi une façon de mettre en avant l’évolution des technologies.

Tunnel silhouette
Tunnel d’expo recto

On entre par un tunnel reconstitué, qui donne évidemment l’occasion de photos assez intéressantes. Après le tunnel, on a l’impression de se trouver à l’intérieur d’un barrage, avec des reflets et des bruits un peu inquiétants, comme si des tonnes d’eau nous entouraient. Super bien fait.

tunnel expo cyclopica
Tunnel d’expo verso

 

Faux barrage
Faux barrage

 

Mur d'eau virtuel
Mur d’eau virtuel

On découvre ensuite beaucoup d’immenses photographies, certaines où l’homme est représenté tout petit dans de formidables infrastructures ou de grosses machines, d’autres sur lesquelles des outils en gros plan rendent hommage aux métiers du bâtiment.

L’homme et ses réalisations

Des sons et lumières, des vidéos, des successions d’images montrent la construction progressive des chantiers de Salini Impregilo. C’est une grosse entreprise italienne, « leader mondial des infrastructures complexes à grande échelle » , du genre de Bouygues.

Chantier coloré
Chantier coloré

 

Drôles de machines
Drôles de machines

 

Face au chantier
Face au chantier

Après cette « visite de chantier » passionnante, nous poursuivons notre balade d’abord dans les étages du musée, puis dans le jardin où l’on peut se reposer en compagnie de drôles de statues.

Des escaliers et des reflets
Des escaliers et des reflets

 

Oeuvres grand confort

 

Drôle de piscine

Fin d’après-midi, petit coup de mou… il va nous falloir un aperitivo pour se requinquer ! et quoi de mieux que de filer jusqu’aux Navigli, le quartier des canaux de Milan, ou tout le monde se retrouve, en ce samedi soir.

Navigli

Les Navigli, je vous en ai parlé l’année dernière, c’est par ici. pour les détails de l’histoire du quartier.

Canal
Canal

J’ai retrouvé avec plaisir l’ambiance détendue et les terrasses face aux canaux. Chantal a semble-t-il bien apprécié aussi :-). Je vous laisse donc avec quelques nouvelles images.

aperitivo navigli milan
aperitivo reconstituant !

 

Poste de conversation
Poste de conversation

 

Reflets de canal

Les cafés, restaurants, et glaciers se succèdent le long des canaux. Mention spéciale pour cette jolie devanture…

Gusti disponible
Gusti disponibili

 

Féministe
Féministe

Je cherchais un sujet sur le thème « slogan sur un t-shirt  » pour le « monthly challenge » de notre groupe sur flickr, j’aime bien l’attitude sure d’elle de cette fille, ça lui va bien, non ?

Après les canaux, nous avons marché un peu de l’autre côté du quartier, qui débute Porta Ticinese.

Le monde est à lui
Le monde est à lui

Le slogan n’est pas sur un t-shirt, mais je ne pouvais pas le louper !

Retour en tram sur l’incontournable place du Duomo, même pour un petit moment, avant de rentrer tranquillement.

Photographier le photographe
Photographier le photographe

Retour en métro. C’est la ligne jaune, au cas où vous n’auriez pas deviné 😉

Ligne jaune, métro
Ligne jaune

Si vous avez aimé la balade, un petit clic sur « j’aime », un autre sur « partager » sur facebook, et tout commentaire ou question sera très grandement apprécié 🙂

A bientôt pour la suite 🙂

Prague, à l’ouest de la Vltava, le Château

Starbucks sur Prague

Hello tout le monde ! je reviens vers vous en ce début d’année 2018 après le petit récapitulatif incontournable de 2017 et j’en profite pour vous souhaiter une très belle et heureuse nouvelle année, plein de bonheur, de partage, de projets… et tout ce que vous souhaitez.

Je suis partie quelques jours à Annecy pour Noël, ce qui m’a donné bien sûr l’occasion de quelques photos, mais je ne me suis pas encore attelée à les trier, et ça ne me gêne pas outre mesure. J’ai encore en stock des dizaines de photos de Prague, et je vais continuer ma petite série d’articles sur cette jolie ville, pour ceux que ça intéresse. J’ai pris la décision de ne plus me faire de cheveux blancs (tant mieux, ils viennent déjà bien assez vite !!) au motif que j’aurais du retard dans le traitement de mes photos.

Ça prendra le temps que ça prendra, que ce soit quelques semaines ou quelques mois. Ainsi, je ne me mets plus la pression. De plus, ça permet de se donner un « sas » entre la prise de vue et l’édition des photos (et des articles), ce qui évite de relier les photos uniquement au moment d’émotion auquel elles sont prises.

Bref, tout ça pour dire que je poursuis en ce début d’année le récit de notre séjour à Prague en octobre dernier.

Continuer la lecture de « Prague, à l’ouest de la Vltava, le Château »

L’écume de 2017

L’année 2017 se termine, et à quelques heures de passer ce nouveau cap, entre les derniers préparatifs et l’ouverture des bouteilles pleines de bulles, je passe juste vite fait vous souhaiter une belle fête de fin d’année.

2017 a été l’occasion de quelques voyages qui ont constitué l’essentiel des 30 et quelques articles de ce blog : Annecy, Paris, Milan, Venise, Prague… pas très loin, mais inspirant pour continuer de faire des photos.

Je ne ferai pas un récap complet, mais j’avais juste envie de partager avec vous l’écume de ces 12 derniers mois… des tas de photos qui dorment dans les dossiers mais juste quelques-unes qui me restent en mémoire.

De quoi faire un calendrier, même si ces mois ont été très inégaux photographiquement parlant.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme vous avez pu le constater, je n’ai pas pu me résoudre à n’en garder que 12, j’ai doublé la mise !

Je vous souhaite un bon réveillon, et je vous retrouve en forme et plein de projets en 2018 🙂

Prague, l’incontournable Pont Charles

Prague Pont Charles

Le Pont Charles, c’est « the » monument de Prague, plus vieux encore que le Pont Neuf de Paris (qui date pourtant du XVIème siècle) .

Prague Pont Charles
THE Pont de Prague

Il a remplacé le pont Judith, nommé ainsi en l’honneur de la femme du roi Vladislav I et détruit par les inondations de 1342.

Il aura fallu 50 ans pour construire le nouveau pont, achevé en 1402. Il s’appelait alors le Pont de pierre, puis Pont de Prague. Eh oui, on faisait simple et direct à l’époque ! Il n’a pris qu’en 1870 le nom de Pont Charles, en hommage à son fondateur, l’empereur Charles IV.

Continuer la lecture de « Prague, l’incontournable Pont Charles »

Prague : à la rencontre de « Ginger et Fred »

Début octobre, nous sommes allées passer 5 jours à Prague. Dans l’article précédent, je vous donnais quelques conseils pratiques pour apprécier au mieux votre séjour. Comme je vous le racontais, nous avons du déposer nos valises cabines à l’hôtel Le Dalhia Inn, situé non loin de « la maison dansante », en attendant que notre appartement soit disponible dans l’après-midi.

Nous avons quitté l’aéroport vers 9h. Après le trajet en bus, le métro nous a déposé à la station Mustek, dont l’une des sorties donne sur la longue place Venceslas.

(Petit aparté sur la langue tchèque : J’ai un mal fou à me souvenir et à orthographier correctement les noms des rues et des places en tchèque, les mots sont truffés d’accents de toute sorte et de lettres en trop  ! je vous donne donc parfois la version française, quand c’est possible).

Zlaté ???

Continuer la lecture de « Prague : à la rencontre de « Ginger et Fred » »

Prague en octobre, la belle touristique

Nous sommes parties cinq jours à Prague du 2 au 6 octobre dernier avec « mon amie de voyage » qui se reconnaîtra 🙂 Le début de l’automne est un de nos moments favoris de l’année pour nos escapades européennes, comme Berlin en 2016, ou Lisbonne en 2015. Sans compter New York en 2014, qui est légèrement plus loin !

L’automne à Prague

Le choix de la capitale Tchèque s’est fait presque naturellement, en particulier après avoir lu les articles d’Anne sur son blog. Prague est une ville à taille humaine, chargée d’histoire, à l’architecture riche, des atouts de poids dans le choix de nos destinations.

Le plaisir du voyage est aussi dans l’attente et la préparation. Et comme il est plus sage de réserver plusieurs mois à l’avance pour cette destination devenue très touristique, nous avons réservé notre avion et notre appartement airbnb dès juillet. L’autre avantage, c’est qu’il est ainsi plus facile d’étaler les dépenses.

Pour préparer ce voyage, je suis allée piocher des infos dans le guide évasion Prague de Hachette et la Cartoville Prague (très complets et peu encombrants, deux critères indispensables !), ainsi que sur plusieurs blogs et sites, que je vous listerai à la fin de cet article.

 

 

 

 J’ai aussi beaucoup appris en regardant presque toutes les vidéos de Janek, « the honest guide in Prague ». Il est drôle, dynamique, et donne avec humour de très bons conseils pour certaines visites, mais aussi pour éviter les petits embêtements, du genre les bureaux de change qui vous arnaquent. Pour avoir testé ce dernier conseil, nous avons pu vérifier que ses informations étaient justes.

 

Les vidéos sont en anglais, mais eh, c’est quand même mieux qu’en Tchèque, non ? et puis, vous ferez aussi des progrès dans la langue de Shakespeare, et Janek parle clairement, vous ne devriez pas avoir de problèmes.

A mon tour de vous donner quelques conseils pratiques, en tout cas au vu de ce que nous avons pratiqué pour ce voyage.

Volotea en vol direct

Au départ de Bordeaux, partir à Prague n’est pas si facile et bon marché que pour d’autres destinations plus à l’ouest ou au sud. Beaucoup de vols « pas chers » nécessitent une escale via Paris ou Amsterdam. Résultat : plus de 7h de vol et des pauses à l’aéroport de transit pendant plusieurs heures. Alors qu’il faut compter moins de 2h30 pour un vol direct, le compte est vite fait ! La solution la meilleure en rapport qualité-prix-temps a été la compagnie Volotea.

Prague, j’arrive !!

Elle assure des rotations peu nombreuses (vendredi au lundi ou lundi au vendredi) mais régulières, et pour un prix correct, selon les périodes évidemment, et deux trois mois à l’avance, autour de 200€. Un peu plus d’espace et de confort que dans les vols low-coast, même si le café est à 2.50€ !

Nous sommes donc parties le lundi matin à l’aube, pour revenir le vendredi en fin d’après-midi, ce qui permet d’avoir presque 5 jours complets sur place. Et ce n’est pas de trop pour profiter de Prague. On peut bien sur y rester le temps d’un grand week-end, mais il ne faut pas surestimer sa capacité à arpenter les différents quartiers et tout ce que la ville offre de lieux magiques.

Sur le tarmac

 

Accueil au terminal 2

Le terminal 2 dessert les pays membres de l´espace Schengen. C’est donc celui qui vous attend pour la plupart d’entre vous !

Tour de contrôle
Quizz : saurez vous deviner ce que c’est ?
L’hébergement ? fidèles à airbnb

Côté hébergement, Prague offre un très large choix, avec des prix légèrement inférieurs à la France, mais on peut aussi choisir des hôtels bien plus chers. Notre expérience sur les sites comme airbnb ou Wimdu a jusqu’à présent été très satisfaisante, aussi nous n’avons pas beaucoup hésité. Nos critères étant un bon emplacement en priorité, et quand même un confort minimum, nous avons choisi un studio bien situé pour un prix très correct, et dans un bel immeuble typique et rénové.

La façade de notre hébergement. Pas mal, non ?

L’appartement se situe près de la rivière Vltava, à un pont de distance de la fameuse « maison qui danse« , un des points d’attraction de Prague. Le quartier est agréable, vivant, avec des commerces petits et grands, un petit parc, des transports en communs à deux pas (métro et tramway).

 

A 100m de l’appart, la Vltava avec « la maison qui danse » à gauche

 

Le petit parc, à côté de « chez nous »

Nous avons été charmées par le grand escalier art déco qui mène aux étages (notre logement était au premier).

Entrée art déco

Une large entrée avec une cuisine aménagée moderne (avec tout ce qu’il faut pour prendre le petit déjeuner, voire se réchauffer un repas), des rangements, une salle de bain refaite à neuf avec une grande douche, une chambre salon avec un grand lit, un canapé, des fauteuils, un bureau, et de grandes fenêtres (double vitrage)  donnant sur la rue et le petit parc en face. Tout ça meublé dans un style « Ikea haut de game », avec des tableaux colorés abstraits au mur. Très cozy, on s’y est senties bien tout de suite.

Grand confort !

Notre hôte, Mark a été très sympa, très disponible et facile à contacter par sms ou téléphone. Il parle anglais avec un accent américain, c’était parfait ! en effet, le Tchèque est une langue « un peu » compliquée, et nous nous sommes contentées d’apprendre par cœur quelques formules de politesse (ce qui me semble quand même un minimum quand on voyage). Bon, de toute façon, la plupart de nos interlocuteurs nous ont répondu en anglais, voire en français, donc cela n’a pas été du tout un problème. Si vous voulez tentez de prononcer quelques mots, j’ai trouvé une série de vidéos sympas pour apprendre le strict minimum : « Czech in 3 minutes »

Vous verrez que même dire bonjour n’est pas évident, car différentes formules existent : formelle, informelle, pour les hommes et les femmes… Du coup, hello marche très bien aussi !!

La pub MacDo en tchèque, pas simple !!

Revenons à l’hébergement. Comme nous arrivions assez tôt dans la matinée (environ 9h à l’aéroport), Mark nous avait proposé de laisser nos bagages dans un hôtel qu’il gère également, au centre de Prague, notre appartement n’étant disponible qu’en début d’après-midi. C’est ce que nous avons fait, d’autant qu’il s’est chargé (enfin, un ami à lui) de nous les amener au logement vers 17h, ce qui nous a laissé du temps et les mains libres pour profiter de cette première journée. L’hôtel, Le Dahlia Inn est d’ailleurs très agréable, on y trouve des touristes de beaucoup de pays, le hall d’entrée est convivial. C’est donc un second bon plan hébergement à garder en tête.

Déplacements : les pieds, c’est bien, le tramway, c’est mieux !

C’est vrai que Prague peut se faire presque entièrement à pied, si on reste dans le quartier le plus ancien, côté est des rives de la Vltava. Mais ce serait dommage de ne pas profiter des différentes formules de tickets assez bon marché, qui vous permette de découvrir les différents quartiers en bus, tramway et métro. Les transports publics sont nombreux, faciles à utiliser, et peu onéreux. Pas question de s’en priver.

Tram quotidien

Il existe une « Prague card » pour 2,3 ou 4 jours, accès aux transports, et à plusieurs musées et attractions, mais pour un prix de 78€ pour 4 jours. A tenter si vous avez vraiment l’intention de faire un, voire plutôt deux musées par jours pour la rentabiliser.

Comme nous aimons nous laisser de la liberté, nous avons opté pour les tickets permettant d’utiliser tous les transports (y compris le funiculaire et l’aller-retour aéroport-centre ville)  que l’on peut aussi acheter pour 1 journée (110CZK ou 4.30€) ou 3 jours. (310CZK ou 12€). On trouve ces tickets à l’aéroport, mais aussi dans les offices de tourisme.

Le funiculaire et sa vue sur la ville

Un bon compromis, qui nous a permis de grimper dans un tramway dès que nos pieds nous demandaient un peu de repos, et de passer rapidement d’un quartier à l’autre. Il nous est arrivé de nous perdre, mais il suffit de prendre le tramway dans l’autre sens et le tout est joué. De toute façon, c’est assez agréable de se perdre en pouvant observer l’architecture à travers les vitres du tram !!

Petit conseil en arrivant à l’aéroport : vous trouvez des distributeurs automatiques de tickets sur le quai en sortant du terminal, mais peu nombreux sont ceux qui fonctionnent avec la carte bleue. Essayez d’avoir un peu de monnaie locale pour prendre au moins un aller simple pour 26 CZK (1.15 Eur).

Avec ce ticket, vous pouvez circuler 90 minutes, et utiliser plusieurs moyens de transport. Avec le bus 100 ou 119, qui passe toutes les 15 à 20 minutes, vous rejoindrez l’arrêt « Dejvická » en 20 minutes environ  où vous pourrez descendre et prendre le métro, la ligne A qui vous amène en quelques stations au centre ville.

Depuis le bus, Olympus sur la route de Prague !

Le métro est particulièrement bien conçu, avec trois lignes principales, idéal pour de plus longues distances. Les décos des stations valent le détour. Anne en avait beaucoup parlé, mais nous avons pu le constater 🙂

Petit florilège des images du métro pragois :

Chercher son chemin 1

 

Chercher son chemin 2

 

Eye contact ?

 

En sortir ou pas

Pour cette première journée, comme nous étions près de la maison dansante, nous sommes allées directement voir cette curiosité, puis nous avons longé les quais plein sud pour aller jusqu’au parc Vysehradské, avant de revenir en tramway vers le pont Charles.

 

Ça représente une bonne virée et de nombreuses photos, aussi je vous raconte ça en images très bientôt. Si c’est pas du teasing, ça !!

En attendant la suite…

Pour cet article, et pour préparer le séjour, voici les liens que j’ai utilisé (en plus de ceux dispersés ci-dessus) :

Vanupied, guide de Prague

Les escapades, visiter Prague en 4 jours 

Virée Malin, Prague en 3 jours

Portail touristique officiel de Prague  

A bientôt, bonne journée

Genève express, une après-midi à flâner

Coucou à tous ! je ne vous ai pas oublié, mais j’ai délaissé un peu ce blog pour profiter de la plage, en ce mois de juin, avant l’arrivée massive de nos chers touristes sur la côte Atlantique. L’eau est pile à la température idéale (un petit 22°), le sable est chaud sans être brûlant, et il reste encore largement d’espace entre chaque serviette ou parasol, surtout quand on y va, comme moi, après le boulot. Oui, je sais, la vie n’est pas facile !

Jeux de plage

Bref, le tri des photos de Genève a du attendre un peu. Je vous avais laissé il y a déjà deux semaines juste après la visite de l’ONU. J’espère vous avoir convaincu d’aller vous cultiver si jamais vous passez par Genève. Après cette plongée dans l’histoire des nations unies, je vous retrouve pour la suite de la balade de la capitale helvétique que nous avons arpenté fin mars.

Une balade très courte, en une après-midi, mais qui nous a permis de découvrir quelques endroits photogéniques. Après avoir lu quelques articles du genre « Genève en un jour« , je me suis rendue compte que nous sommes passées à côté de lieux très connus sans forcément les voir, mais nous n’étions pas là pour cocher toutes les cases du touriste organisé. J’avoue que lorsque je « baguenaude » sans but précis, je me laisse porter par ce que mes yeux  repèrent d’une rue à l’autre, sans me soucier de trouver LA cathédrale la plus célèbre, ou autre spot touristique. Je suis capable de m’attarder sur une scène de rue sans réaliser qu’elle se passe à côté d’un lieu plus emblématique.

Mais à quel monument ces vieilles pierres appartiennent-elles ?

Nous somme reparties du Palais des Nations à pied, plutôt que de reprendre le bus. En une petite demi-heure, sur de longues avenues bordées d’arbres, nous avons pu facilement rejoindre le Pont du Mont Blanc, qui marque l’extrémité du Lac Léman et se situe le plus en amont sur le Rhône.

 

En route vers la vieille ville

Sur notre chemin, pendant que mes compagnes de vadrouille partaient devant, j’ai glané ici ou là quelques scènes, pas forcément touristiques, mais qui ont attiré mon attention, comme ce fronton de lycée devant lequel s’entraînait un jeune homme (ou une jeune fille ?) . La citation « Avec le temps, les enfants mûrissent et l’éducation porte ses fruits » m’a semblé particulièrement bien illustrée !

Fruits de l’éducation

Un escalier en ombre et lumière, un promeneur de chien en ombre chinoise, qui a disparu à la seconde où j’ai pris la photo…

En haut des marches

Quelques vélos au bas d’un mur plutôt bien décoré d’une majestueuse draisienne, pour une boutique qui s’appelle « la petite reine »…

Cycles
Le pont du Mont Blanc

Surement un des endroits les plus stratégiques pour admirer le lac et son jet d’eau.

Drapeaux du Pont

Le pont est ouvert aux voitures, mais les trottoirs bien larges, et la rambarde ajourée permettent de s’arrêter et de profiter de la vue. Tout le long du pont, des drapeaux suisses et genevois sont alignés des deux côtés,   avec quelques autre bannières lors de manifestations diverses.

Le Jet d’eau

De l’autre côté du pont, nous arrivons à la promenade du lac, un square verdoyant, avec une vue époustouflante.

La passante en rouge

 

Cloches suisses

Ce square s’appelle le jardin des Anglais, ne me demandez pas pourquoi. On y trouve parmi d’autres « décorations » l’horloge fleurie, un arrangement floral en forme d’horloge. Et bien, je ne l’ai même pas aperçue, focalisée sur cette bande d’ados, sur la statue parce que j’avais un challenge à réaliser avec ce sujet, et sur le mot poésie, planté au loin… En même temps, je n’ai pas l’impression d’avoir perdu grand chose !

Poésie
La vieille ville depuis la terrasse Agrippa d’Aubigné

Nous traversons la rue due Rhône, où la circulation automobile va bon train, pour remonter les petites rues piétonnes du centre ville historique.

Sous les pavés, les francs suisses !

Une belle architecture, un peu austère, des rues pavées, des boutiques, des terrasses, une ambiance chic décontractée (je vous rappelle que l’expresso est à 5€ et le jus d’orange à 10€ !) .

Cocktail rouge

Nous remontons jusqu’à la place du Bourg de Four, très jolie et entourée de terrasses de restaurant, mais les tarifs nous dissuadent de nous y installer (on aurait pu, mais on a pas voulu !!) Une petite épicerie vend des bouteilles d’eau fraîche à 1.5€, ça ira bien, d’autant que nous trouvons une autre place encore plus agréable pour nous reposer, avec une vue imprenable : La terrasse Agrippa d’Aubigné. Ce promontoire (on y accède par un escalier de pierre) est en fait adossé au mur d’enceinte de la Cathédrale Saint-Pierre, ce que j’ai réalisé en rédigeant cet article !!

De grandes tables et bancs en bois sous des arbres en fleurs nous permettent un pause bienvenue, pour grignoter un en-cas, et surtout profiter du décor pour quelques photos des alentours…

Une ombre au tableau

 

Le sac rouge

 

Des pavés et des ombres

 

Printemps Genevois

 

Sourire printanier

Après cette halte reconstituante, nous repartons vers le sud, toujours à travers les ruelles, proprettes et fleuries (La Suisse est fidèle à sa réputation, surtout ici dans sa capitale),

Balcon fleuri

pour passer devant la maison Tavel, un spot touristique car c’est sans doute l’une des maison les plus anciennes de Genève. Elle abrite un petit musée de l’histoire au quotidien de la ville (que nous n’avons pas visité) et elle est difficile à prendre en photo, car coincée dans une rue étroite. Son architecture en pierre grise n’est pas des plus rock and roll !

Un bout de maison Tavel

Les Genevois sont fans de drapeaux, les rues pavées sont très souvent pavoisées.

La ville des drapeaux

Nos pas nous mènent tranquillement vers la sortie de la ville médiévale, en passant par l’ancien arsenal, jusqu’au fameux mur des réformateurs.

Pose vélo

 

Porte de la rue Henri Fazy

On doit descendre quelques marches ou emprunter une longue allée en descente (il est vivement conseillé de ne pas utiliser la voiture, c’est plus rapide à pied, je vous le dis !!)

Le monument international de la réformation

Le monument international de la réformation, ou plus simplement le mur des réformateur est un monument adossé à la colline, on y vient à pied, on ne frappe pas, ceux qui vivent là ont jeté la clé… Oups, je m’égare !!!! pas du tout l’ambiance de la maison bleue, en fait !! du sérieux, du solennel, un mur de près de 100m de long, qui domine l’immense parc des Bastions, sous le regard intimidant des réformateurs au garde à vous. Construit au début du XXème siècle, il rend hommage aux pionniers de la réforme protestante, en Europe et aux Etats Unis.

Réformateurs

Moi, je me suis amusée à capter des touristes décontractés devant la rigueur toute protestante de ces statues… et c’était pour le coup un sujet en or pour le thème « statue » de notre « Monthly Challenge du groupe « Five Fall into adventure ».

 

Assis ou debout ?
Perspective

Le jardin public qui jouxte ce mur est très agréable. On y trouve des joueurs d’échecs extrèmement concentrés, c’est toujours un plaisir de les observer. J’ai vaguement appris à jouer aux échecs, je sais à peu près bouger les pions, mais je n’ai jamais pu comprendre les stratégies utilisées, aussi j’admire les joueurs confirmés.

 

Big chess

Après une nouvelle déambulation dans des rues bordées de galeries, le long d’avenues traversées de tramway, nous sommes revenues du côté de la gare, où se trouvait aussi notre arrêt de bus pour le retour en France. Je n’ai pas beaucoup pris de photos, je commençais à ressentir la fatigue, et les rares clichés ne valent pas grand chose…

Un cygne de départ ?

Je vous laisse donc avec ce cygne solitaire, sur le Rhône.

Il y a bien sur beaucoup d’autres choses à voir et à visiter à Genève, j’espère cependant que ce petit aperçu vous a donné envie d’y passer. En tout cas, la rédaction de cet article m’a permis  de découvrir de quoi refaire une nouvelle visite, en s’attardant sur d’autres bâtiments ou musées.

L’intrus

Cette balade remonte à fin mars. En attendant d’autres escapades, vous pouvez profiter des quelques articles sur Milan et Venise qui datent d’avril. Depuis, j’avoue que j’ai un peu laissé tranquille mon Olympus. J’espère m’y remettre bientôt, avec une virée prochaine à Paris. D’ailleurs, si les parisiens qui passent par là ont des idées de sorties (expos photo entre autres) n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires !!

A bientôt, et profitez bien de votre été.

Palais des Nations, au cœur de l’ONU à Genève

ONU Genève

Vous connaissez, au moins de nom, le siège de l’ONU à New York. Mais savez-vous qu’il existe en fait 4 sièges de l’ONU dans le monde : New York, Genève, Vienne et Nairobi ?

L’Organisation des Nations Unies à Genève (ONUG) est le deuxième siège après celui de New York. Il se trouve dans le Palais des Nations, construit à l’origine entre 1929 et 1936  pour la Société des Nations (SDN).

ONU Genève
Le grand escalier, Palais des Nations

N’ayant pas pris le temps de visiter l’ONU à New York, lors de notre dernier séjour en mai 2016, je me suis dis qu’il serait intéressant de découvrir le site de Genève.

Continuer la lecture de « Palais des Nations, au cœur de l’ONU à Genève »