Prague, dernières balades, et les bébés de David Cerny

Un dernier retour à Prague ? C’est parti ! Comme Anne et ses balades à Budapest, je me suis beaucoup étendue sur notre voyage d’automne à Prague à travers 7 ou 8 articles (Pour les retrouver, cliquez sur Prague 2017 dans la rubrique « catégories »).

Même si le séjour n’a duré que 5 jours, il a été très riche en découvertes, et encore, certains lieux ont échappé à notre boulimie touristique !

Il me reste quelques photos éparses, les une prises principalement au nord du quartier Nové Mesto, les autres dans le quartier de la tour de la télévision.

Nové Mesto

Nous avons longé l’avenue Národni en partant de la rive Est de la Vltava,  et nous sommes égarées dans les rues du quartier.

Première étape sur le parvis de la petite place Vaclav Havel, renommée ainsi seulement depuis 2016. Un drôle de mélange d’architecture moderne et classique, car située entre l’ancien et le nouveau bâtiment du Théâtre National. Le cœur rouge vif est impossible à manquer. C’est l’oeuvre du scuplteur Karel Prager. Il parait que l’on peut y inscrire des messages. Nous ne sous sommes pas assez avancées pour s’en rendre compte sur le moment. Je vous donne des infos de première main, non ?!! Merci Google et prague.eu !

Cœur de pierre
Cœur de pierre

En fait juste à côté, une autre sculpture bizarre a attiré notre attention. On dirait que les associations de mémés (?) tricoteuses ont de l’imagination, non ? Comme j’ai un peu de temps à perdre ce dimanche, je suis allée chercher dans les tréfonds de l’internet pour en savoir plus. Sous cette « magnifique » poupée de laine (street art provisoire) se cache une statue de jeune femme de l’artiste Josef Malejovski (1914-2003) .

Maryline tricotée
Marylin tricotée

Sans doute certain(e)s ont-ils trouvé que la statue n’était pas assez originale. Constatez vous-même ci-dessous.

Dans la même veine, la pauvre statue en a vu d’autres : elle a déjà été décorée différemment, dans le style Klimt :

The sculpture with and without dress, Square of Václav Havel, Prague
source : evablahova.cz, 2016

Quelques rues plus loin, nous tombons presque par hasard sur la tête tournante de Frank Kafka.

Kafka en automne
Kafka en automne

C’est une impressionnante sculpture de l’omniprésent David Cerny. Une buste de 11 mètres de haut et d’une quarantaine de tonnes, 42 strates d’acier qui tournent doucement sur elles-mêmes, modifiant ainsi le visage de l’écrivain Pragois. Ce Cerny, il ne fait rien à moitié !

La sculpture est installée depuis 2014 près d’un grand centre commercial, au-dessus de la station de métro Národní třída.

Pourquoi ce mouvement perpétuel qui donne l’impression que la tête de Kafka se transforme à chaque seconde ? c’est (selon l’artiste) une façon d’exprimer la personnalité torturée de Kafka et le doute qui le tourmentait sans relâche toute sa vie.

J’ai trouvé fascinante la vidéo ci dessous, où l’on voit se construire le buste.

Car, oui, l’idée géniale de cette tête tournante vient de l’artiste, mais la construction de l’oeuvre est à saluer, c’est un modèle de précision, qui s’apparente à un monumental système d’horlogerie.

 

Un peu plus loin, et encore par le plus grand des hasard, nous passons devant le passage Lucerna, une galerie à l’ancienne, comme certains passages parisiens.

Ce passage a été construit entre 1907 et 1921 par le grand-père de Václav Havel et il reste l’un des chefs-d’œuvre pragois de l’Art Nouveau.

Dès l’entrée, sous une magnifique coupole de verre, nous sommes rattrapées par David Cerny, qui a encore frappé ! Un colossal cheval est accroché au plafond, et comme il n’est pas possible pour l’artiste de faire comme tout le monde, le cheval est… tête en bas, mais son cavalier, le roi tchèque, Wenceslas a la tête en haut et ne semble pas perturbé plus que ça !

Le cheval à l'envers
Le cheval à l’envers

Juste en face, le tapis rouge de l’escalier qui mène au cinéma le Kino Lucerna, le plus ancien cinéma de la région (ouvert en 1909, excusez du peu) et toujours en activité… A l’étage se trouve aussi un café de la même époque ou presque, nous n’y sommes pas montées, mais si ça vous tente, il parait que ça vaut le détour…

Monumental escalier

 

Trois hommes

On trouve tout dans ce passage, un cinéma, des expositions, mais aussi des boutiques pittoresques, dont une fromagerie française, un magasin d’antiquités, des pâtissiers à l’oeuvre à la Pâtisserie St Tropez , une librairie colorée, et surtout un magasin dédié à la photographie, avec des appareils anciens, de toute beauté !!

Crème pâtissière
Crème pâtissière

Et ses réalisations :

 

Librairie
Librairie

Le club de lecture du coin…

 

Mini-statues dans un magasin d’antiquité…

Et la « Vykup Phototechniky », avec des appareils anciens superbes…

Tout ça nous a mis en appétit et juste en face de l’entrée du passage Lucerna, nous avons dégoté au fond d’une impasse, un petit restaurant bien sympathique, Styl & Interier, des plats simples et bons dans un décor de brocante chic, avec un serveur adorable, qui parlait français 🙂

Styl & Interier

Juste avant de quitter le quartier, je ne pouvais pas passer à côté de quelques Pragois en pause cigarette 😉

 

Pause 1

 

Pause 2
La tour de la télévision et ses bébés Cerny

La tour de la télévision, à Prague, on ne peut pas la rater, même de loin. Une architecture à la sauce soviétique, typique du temps de la République socialiste Tchécoslovaque, même si elle a été construite à la fin des années 80. Comme celle de Berlin, dans un genre similaire, elle sert de point de repère dans toute la ville, avec ses 216 m de haut.

La tour de la télévision de Prague

Elle se situe dans le quartier de Zizkov, et en porte le nom. Elle sert de transmetteur pour la télévision, la radio et la téléphonie. C’est aussi un observatoire météo. On y trouve un café et un restaurant, à une centaine de mètres de haut, avec une vue panoramique sur la ville.

C’est plus une curiosité qu’un chef-d’oeuvre architectural. D’ailleurs, sur le site même de la tour, towerpark.cz  il est précisé : « C’est toujours un bâtiment très controversé en raison du contraste entre l’environnement historique et l’architecture high-tech. Elle a également reçu des «récompenses» de VirtualTourist.com de l’Australie en tant que deuxième bâtiment le plus laid du monde, et nous en sommes fiers. » Véridique !! Après, les goûts et les couleurs … c’est surtout pour la période « guerre froide et rideau de fer » que les Pragois ne l’ont jamais beaucoup aimé.

Tour au carré

De plus, elle a été « enjolivée » en 2000 par qui, je vous le donne en mille ?! notre ami Cerny 🙂

Entre les branches

Ses gros bébés (une dizaine) montent à l’assaut de la tour. Si ceux de l’île Kampa sont en bronze, ceux ci sont en polyester, surement plus facile à installer à la verticale.

Je monte ou tu descends ?!

Justement, lorsque nous sommes arrivées sur la colline de Zizkov, nous avons constaté une certaine agitation autour des piliers de la tour : des ouvriers, des camions, des cordes. En levant la tête, à notre grand étonnement, nous avons assisté en direct à la descente d’un des bébés ! Nous avons alors supposé que l’un d’eux avait besoin d’un petit coup de jeune (le comble pour un bébé) Du coup, j’ai quelques photos pas banales de ce moment critique !!

La descente de la tour…

Il ne faut pas moins de 4 ouvriers pour soulever bébé (heureusement qu’il n’est pas en bronze !)

Bébé à terre

Il est définitivement photogénique, même de dos… ou de profil !

Salle de jeu

 

En route !

J’ai lu plus tard que pour l’entretien et le nettoyage de la tour, les bébés étaient temporairement enlevés de la structure en octobre 2017 et seront replacés au printemps 2018. Nous sommes vraiment tombées pile au bon moment !

Ce quartier, heureusement pour lui, ne se résume pas à ce bâtiment, et il est même plutôt agréable. Des façades colorées, des arbres, des rues pavées, des boutiques et des terrasses, un marché. Un peu loin du centre touristique, c’est une bouffée de tranquillité que nous avons beaucoup apprécié…

Pour terminer cet article un peu long (mais j’ai décidé d’en finir avec Prague aujourd’hui !) quelques vues en noir et blanc, juste pour le plaisir de la lumière, ou du moment…

Bonus

Excepté Berlin, je n’étais pas encore allée dans une ville de l’Est de l’Europe. Je craignais un peu la langue si différente. Mais l’anglais se pratique couramment, aussi cela n’a pas été un obstacle.  J’ai beaucoup aimé Prague. La ville est pleine de vie et a su mettre en valeur son patrimoine architectural de toutes les époques. Bien sur, le revers de la médaille (pour nous, mais pas pour la ville) c’est le trop plein de touristes dans les quartiers les plus connus. Mais, comme Venise, il faut savoir s’en éloigner, ou trouver les bons horaires pour les apprécier.

J’espère vraiment pouvoir repartir bientôt vers une autre destination, et je vous souhaite aussi de découvrir de beaux endroits. A défaut de partir dans les semaines à venir, je me ferai un plaisir d’aller découvrir d’autres blogs de voyage. Vous qui passez par là, si vous en connaissez, n’hésitez pas à parler de vos coups de cœur.

Balade Parisienne, autour de Beaubourg

Lors de notre virée parisienne, nous avions pour but d’aller visiter les expositions du Centre Pompidou, dont je vous ai déjà parlé : Walker Evans et David Hockney. Avant et après la visite, je ne pouvais pas laisser l’appareil photo dans le sac, on ne sait jamais !

Nous sommes arrivées en fin de matinée, par le RER C, en descendant à St Michel Notre Dame, histoire de passer la Seine et de profiter des petites rues qui mènent au Centre Pompidou.

Métro St Michel

Je vous livre ces quelques photos prises au hasard de notre chemin…

Continuer la lecture de « Balade Parisienne, autour de Beaubourg »

Un mur à Berlin, de l’histoire aux souvenirs

Berlin est une ville où l’on se sent libre. Les gens s’habillent comme ils en ont envie, les policiers sont bien sur présents comme dans toutes les métropoles, mais ils se font discrets. On peut entrer et visiter toute sorte de lieux différents, et les musées ou expositions qui racontent l’histoire politique sont gratuits et ludiques, afin que la démocratie soit partagée par le plus grand nombre.

Profiter
Profiter

Cela n’a pas toujours été le cas, et la trace de cette histoire récente est encore prégnante, et même mise en perspective à travers un mémorial, des musées, des expositions, et des (courtes) portions du mur, sauvegardées pour ne pas oublier.

Un bout du mur
Un bout du mur

L’histoire du mur de Berlin se confond avec les années de guerre froide, qui ont divisées le monde entre l’Est et l’Ouest pendant une trentaine d’années. Et on a du mal à imaginer que cette époque s’est terminée il y a moins de 30 ans. On a fêté les 25 ans de la chute du mur en 2014. Juste une génération.

Continuer la lecture de « Un mur à Berlin, de l’histoire aux souvenirs »

Fragments de murs à New York

Des murs colorés, des façades, du street art, des fresques, des détails graphiques, on trouve tout ça à New York . Au hasard de nos balades New Yorkaises, j’ai pu saisir quelques photographies dont le sujet principal était plus l’arrière-plan que les éventuels passants. Certaines sont déjà dans les articles du mois de juin qui relatent notre séjour à Big Apple en mai 2016, mais il me restait du stock, et je préfère vous les faire partager plutôt que de les laisser dormir dans un dossier de l’ordinateur.

Brooklyn

Notre quartier de Bedford-Stuyvesand à Brooklyn était assez riche en fresques murales…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dorothy Day

Continuer la lecture de « Fragments de murs à New York »

Street Art in La Rochelle

Comme vous le savez si vous me suivez, je pars une semaine à Lisbonne. Pendant que je m’évertue à vous rapporter des images portugaises, je vous laisse découvrir quelques prises du mois dernier, lors d’une balade à La Rochelle, ma jolie ville de naissance (moi, chauvine ?! non, réaliste !)

Comme je ne suis pas affiliée à l’office de tourisme (après tout, ça ne me déplairait pas !), ces quelques vues risquent de ne pas être très classiques, exceptée celle-ci :

Tour de la Lanterne, La Rochelle
Tour de la Lanterne, La Rochelle

La Tour de La Lanterne ou Tour des quatre sergents ou  a été rénovée récemment, elle est enfin sortie de sa gangue d’échafaudages pour se montrer toute belle, avec ses pierres blanchies.

Continuer la lecture de « Street Art in La Rochelle »