Marc Riboud, 60 ans de photographie

la jeune fille à la fleur face aux soldat du Pentagone marche pour la paix au Vietnam
La jeune fille à la fleur. Marc Riboud. Washington, 1967
Paris, 1953. Le peintre
Le peintre de la Tour Eiffel. Marc Riboud . Paris, 1953

Marc Riboud, le photographe de « La jeune fille à la fleur » nous a quitté le 30 août dernier, à l’âge de 93 ans. Je trouve qu’il est dommage de résumer la carrière d’un grand photographe à quelques photos cultes, même si elles sont géniales.

Je suis donc allée chercher un peu d’information sur le web, n’ayant pas encore eu l’occasion d’acheter un de ses (nombreux) livres.

Quelques éléments biographiques 

Il semble qu’il ait été touché par le virus de la photographie dès l’adolescence, grâce au cadeau de son père, un petit Vest Pocket pour ses 14 ans. Il prend ses premières photographies à l’exposition universelle de 1937.

Après la guerre, il fait des études d’ingénieur et travaille en usine. Il prend quelques photos au Festival de Lyon pendant ses vacances, et décide de ne pas retourner au boulot pour se consacrer à la photographie. Ça devait être plus facile à l’époque !

Sa photo « Le peintre de la Tour Eiffel » est publiée dans le magazine Life, et il entre à l’agence Magnum sur l’invitation de Robert Capa.

De 1955 à la fin des années 60, il va parcourir successivement le Moyen-Orient, L’Afghanistan, la Chine, l’URSS, puis l’Algérie et l’Afrique noire, et le Vietnam. Il est l’un des rares photographes à avoir pu entrer au Nord Vietnam.

Continuer la lecture de « Marc Riboud, 60 ans de photographie »

Composer avec le vent

Saisir le vent
Saisir le vent

La tempête sévit depuis quelques jours. Sur la côte, ça a toujours quelque chose de spectaculaire. Je ne suis pas une photographe de paysage, et d’autres le font beaucoup mieux que moi. Je fais donc avec ce que je suis, avec mon petit équipement photographique, et ce que je veux faire passer. Ce ne sera donc pas des images de vagues déferlant sur les phares, comme celle-ci :

Steve Garrington
©Steve Garrington

Dans le genre, c’est quand même excellent. Steve Garrington photographie, entre autre, le petit phare de Porthcawl, au Pays de Galles

Je me contente donc de sortir sur le front de mer, et de photographier ce qui m’intéresse, principalement des gens dans leur environnement, mais aussi tout ce qui m’attire l’œil.

Continuer la lecture de « Composer avec le vent »

Shooter files, un site de street photo à découvrir

En me baladant sur le net, parce que le temps de ce dimanche de janvier était vraiment trop triste pour une sortie (je n’ai rien contre le fait de photographier par tous les temps, mais il n’y avait personne dans les rues) j’ai découvert un site qui m’a bien plu : shooter files de F.D. Walter.

istanbul guide cover-1
New Mosque | Istanbul, Turkey 2015 © f.d. Walker

Continuer la lecture de « Shooter files, un site de street photo à découvrir »

Le repos du photographe (de rue)

Photographier des gens dans la rue pour capter une scène ou un moment intéressants, c’est de plus en plus mon quotidien et j’aime ça. Mais faut pas croire, ce n’est pas de tout repos ! ça ressemble un peu (beaucoup) à un parcours de chasse : il faut avoir l’œil aux aguets, anticiper le bon moment, lever l’appareil et s’assurer que les réglages sont bons en une fraction de seconde, parce que la lumière change d’un endroit à un autre et parfois d’un instant à l’autre, essayer de cadrer à peu près correctement avant que l’instant décisif ne disparaisse. C’est un exercice qui procure de l’adrénaline, et surtout, c’est un grand plaisir quand on découvre un résultat qui nous plait. Mais parfois, c’est aussi un peu contraignant et fatiguant d’être en alerte en permanence.

Continuer la lecture de « Le repos du photographe (de rue) »

Jouer avec la réalité : reflets, flous, etc.

Une photographie n’est pas la réalité. C’est enfoncer une porte ouverte que de dire ça, mais c’est une idée encore répandue de croire qu’un cliché est au moins un bout de réalité, quand on ne fait pas de la photo régulièrement.

Pas besoin de photoshop pour transformer le réel. Le seul fait de créer une image en deux dimensions et de cadrer suffit à modifier la réalité. Et cette dernière est bien sur unique pour chacun d’entre nous. Du coup, il peut être tentant d’accentuer le décalage avec la réalité, pour partager une vision personnelle.

Continuer la lecture de « Jouer avec la réalité : reflets, flous, etc. »

Du musée d’Orsay à Star Wars

Reprendre le fil de nos balades parisiennes de début novembre n’a pas été facile. Mais ce serait dommage de ne pas retrouver ces bons moments.

Hormis les photos liées aux thèmes de novembre du Monthly Challenge, que je vous ai montré ici, il me restait quelques vues hétéroclites, que je vous invite à partager lors d’une balade qui va du Musée d’Orsay aux Galeries Lafayette, d’une expo sur les femmes photographes aux figurines de Star Wars. Il y en a pour tous les goûts !

Orsay en ligne
Orsay en ligne

Continuer la lecture de « Du musée d’Orsay à Star Wars »

Bientôt le salon de la photo !

Cette année, je vais découvrir pour la première fois le salon de la photo. Mon billet m’a été offert par le magazine Compétence Photo, suite à un vote pour un photographe parmi une dizaine, présentés par différentes revues. Merci à Lounamai d’avoir partagé l’information il y a quelques mois. J’avais choisi Frédéric Briois pour ses photos de pêcheurs en pleine action, pour ses compositions en noir et blanc très réussies. Il a été deuxième aux « zooms du salon de la photo », une belle place.

© Frédéric Briois
© Frédéric Briois

Il sera d’ailleurs au salon vendredi 6 novembre.

D’autres sites proposent des invitations comme celui de Laurent Breillat , apprendre-la-photo.fr.

Ce qui m’a aussi décidé, c’est la superbe affiche de cette année, beaucoup moins « bling-bling » que les années précédentes :

Affiche-Salon-de-la-Photo-Paris-2015-Theo-Gosselin
Affiche du salon de la photo 2015, Théo Gosselin.

Je vous ferai un petit compte-rendu à mon retour de Paris.

Je vais profiter aussi de ce séjour pour aller au Musée d’Orsay (un classique toujours agréable) où une expo photo est consacrée aux femmes photographes : « qui a peur des femmes photographes ? 1839 à 1945 ».

Et il y aura certainement d’autres balades… alors à très bientôt !

Flickr, des « explore » et une appli

Explore

Cloud
Cloud

Il y a quelques mois, j’avais posté un article sur flickr et « Les mystères d’Explore », que je ne renierais pas aujourd’hui. Pour vous éviter de cliquer sur un lien (et ne pas vous perdre en route 😉 ) j’en reprends ci-dessous une partie :

« Sur Flickr, des millions de photos du monde entier sont postées quotidiennement… un algorithme (Explore) choisit chaque jour environ 500 à 700 images, soit 0,005% de toutes les photos

Continuer la lecture de « Flickr, des « explore » et une appli »