Milan en mai, Casa Boschi di Stefano et Triennale

tunnel expo cyclopica

Ciao a tutti 🙂 Retour sur notre séjour à Milan du 3 au 9 mai 2018. Pour l’article précédent c’est par ici ! Aujourd’hui, je vous livre encore un gros morceau, la journée complète du 5 mai 🙂

Samedi 5 mai. La journée s’annonce lumineuse. J’ai repéré sur la page facebook  de Cosa fare a Milano un événement : « Open House Milano » qui revient chaque année, et propose des visites gratuites de plusieurs bâtiments  à Milan. En 2018, c’était le samedi 5 et dimanche 6 mai. Ça ressemble un peu aux journées du patrimoine chez nous.

Ces visites sont accompagnées par des guides spécialisés et des bénévoles. Le reste de l’année, ces maisons musées sont ouvertes au public moyennant une carte à l’année pour 20€.  Parmi ces édifices, la Casa Boschi di Stefano se trouve à quelques rues de notre logement. Occasion ou jamais de découvrir le quartier tout en ayant un but de visite pour cette belle matinée ensoleillée.

Discussion et graffitis

Vous voyez le Crazy Cat Café sur la carte ? on habitait à 100 m, et la casa Boschi n’est qu’à 10 minutes à pied.

Les rues sont un spectacle coloré dans ce quartier.

 

Entrée de parking
Entrée de parking

Ce parking n’a rien de touristique, mais que diable, je ne pouvais pas passer à côté de ces lignes !!

 

Ancienne et moderne
Ancienne et moderne

Les bâtiments modernes se reflètent dans les anciennes façades.

Entrées
Entrées

Comme l’année dernière, j’ai été attirée par de très jolies entrées…

La casa Boschi di Stefano, une maison musée

La résidence Boschi di Stefano a été donnée à la municipalité de Milan en 1974 et ouverte au public en 2003.

Escalier art déco
Escalier art déco

Cette grande et belle bâtisse a été habitée par le couple Antonio Boschi (1896-1988) et Marieda Di Stefano (1901-1968). Elle abrite environ 300 œuvres d’art. C’est une sélection parmi les quelques 2000 pièces que comprend la collection complète de ce couple amoureux de l’art.

Casa Boschi
Casa Boschi

Cette collection de peintures, dessins et sculptures constitue un bel aperçu de l’histoire de l’art italien au 20ème siècle, jusqu’aux années 60.

Casa Boschi
Casa Boschi

Au centre de ce triptyque, on voit un portrait du couple Antonio et Marieda.

L’architecture de l’édifice date des années de l’entre-deux guerres, avec de beaux détails art déco.

Escalier art déco 2
Escalier art déco 2

Plusieurs bénévoles nous accueillent, tous plus charmants les uns que les autres, enthousiastes et heureux de partager leur passion de l’art et mais aussi de parler français avec nous.

Des meubles et des peintures
Des meubles et des peintures

Toutes les pièces sans exception, jusqu’à la salle de bain, sont remplies d’œuvres. La collection est bien présentée, avec chaque fois une explication en italien et en anglais à propos de chaque peinture ou sculpture.

Tourne disque années 30
Haute fidélité

 

Piano et reflet
Piano en perspective

Si vous êtes à Milan en mai prochain, renseignez-vous sur l’Open House Milano, il y aura bien un édifice intéressant à visiter…

 

Famille de nounours
Famille de nounours

Un petit saut de métro et nous voilà dans le « jardin public Indro Montanelli ». (Dans les couloirs d’une des stations de métro, j’ai craqué sur cette jolie famille de nounours !!)

Giardini pubblici

Le jardin est très fréquenté le week-end, tant par les touristes que par les Milanais, entre les familles, les poussettes, les promeneurs, les maîtres de chiens, les joggeurs. Il faut avouer que c’est un poumon vert dans la ville très agréable.

Couple âgé sur un banc
Banc public

Comme nous avions prévu de flâner dans le quartier de Brera, situé au sud du parc, nous n’avons pas pris le temps d’arpenter toutes les allées…Mais j’ai quelques vues de l’année dernière que je n’avais pas utilisé, aussi je vous propose un petit mélange de 2017 et 2018 (les statues et les bancs n’ont pas changé 😉

bancs publics
Les bancs tout confort

 

sieste banc public
Série sieste !

 

statue parc Milan
A l’attaque !

 

statue parc Milan
Proportionnel
Le quartier de Brera
Arches porta nova Milan
Les arches de la porta nova

Nous poursuivons notre balade en passant sous l’arc de la Porta Nova, longeant la Via Alessandro Manzoni, puis les petites rues adjacentes, avec ses boutiques très chics.

vitrine mannequin
Aux petits soins

 

Surveillant

 

Touristes
Chercher son chemin

 

Mannequins en triptyque
Mannequins en triptyque

 

Mur d'escalade
Mur d’escalade

Nous descendons la via Brera,  jusqu’à la Pinacothèque de Brera.

Cour Pinacota Milan
La cour de la Pinacothèque

Il fait trop beau pour passer du temps à admirer les peintures qui remplissent ce musée (38 salles quand même, si ça vous dit !!) , mais la cour à elle seule vaut le détour.

statue et amoureux
Surveillés

 

Dessinatrice
Dessinatrice

 

Piliers
Piliers

 

Sous la statue
Sous la statue

La via Brera devient piétonne et très fréquentée, et nous avons l’embarras du choix pour la pause déjeuner. Nous trouvons une petite place à la terrasse du café Jamaica. Plutôt pas mal, pour des plats sans prétention. Ma salade de roquette, coppa, bresaola, noix et parmesan (miam !) était copieuse, fraîche et goûteuse.

La terrasse est agréable mais assez classique, rien d’extraordinaire et  j’ai oublié de prendre quelques photos, ce n’est pas très important.

A la place, un petit florilège de passants, élégants ou un peu excentriques, mélange de clichés de 2017 et 2018…

Jeunes hommes Élégance décontractée
Élégance décontractée

 

passante au sac rouge
Le sac rouge

Après le déjeuner, suite de la balade dans les rues piétonnes, jusqu’à  la place de la Chiesa Santa Maria del Carmine, assez spacieuse (la place, pas l’église !)  pour y accueillir une grande terrasse de restaurant, une étonnante statue tronquée, une série de scooters et j’en passe…

Scooters, pub et église
Scooters, pub et église

 

Statue coupée
Statue coupée

 

Représentation
Représentation

Puis, pour conjurer le sort, et sans sac de shopping 😉 (voir l’article précédent !) nous retournons au parc Sempione, mais avec un but précis : aller visiter la Triennale.

La Triennale di Milano
Le jardin du Palazzo dell’arte

Au sud-ouest du parc Sempione, le palazzo dell’Arte accueille la Triennale de Milan. Cette « Exposition internationale des arts décoratifs et industriels et de l’architecture moderne » a été inaugurée en 1923, elle se déroulait alors tous les deux ans à Monza.

Elle est devenue triennale en 1930 et a emménagé à Milan en 1933, dans le Palazzo dell’Arte, construit pour l’occasion.

Même si la triennale ne revient que tous les trois ans, le Triennale Design Museum, inauguré en 2007 est ouvert en permanence et accueille des expos temporaires ou permanentes. Le bâtiment est spacieux, avec de très hauts plafonds, et modulable en fonction des événements artistiques qui se renouvellent souvent.

Expo en prévision

 

Design en escalier
Design en escalier

Une bonne partie des expos peut être visitée gratuitement, n’hésitez pas à entrer.

Lors de notre passage, nous avons pu voir des photos noir et blanc superbes, immortalisant des moments forts des triennales des années passées, depuis les années 50 jusqu’à nos jours. Pour 1 euro symbolique (et notre adresse mail) on pouvait choisir une photo et en obtenir tout de suite un tirage 30×40. Sympa, non ?

Un exemple des photos proposées, qui m’a été envoyée par mail par la Triennale

La triennale di Milano est placée sous l’égide du Bureau International des Expositions, qui s’occupe entre autre des expositions universelles depuis 1928. Le siège du BIE est à Paris, et il regroupe les représentants de 170 pays membres.  Vous saviez que ça existait, ce truc ? moi, non. On en apprend tous les jours, et c’est ce qui me pousse à continuer ces articles, en plus de partager quelques photos. 

« La triennale est un rendez-vous international unique pour les acteurs clés de l’industrie du design et le grand public. »

C’est ainsi que nous avons pu visiter l’expo temporaire : « Cyclopica, the human side of infrastructure » qui a eu lieu du 1er mai au 3 juin (désolée, l’événement est passé, mais vous êtes peu à traîner à Milan en ce moment, non ?!)

entrée expo cyclopica
Cyclopica

Dommage que ce soit terminé, car c’était vraiment une expérience sensorielle intéressante.  L’exposition montre le travail de l’homme, et les forces utilisées pour construire des œuvres gigantesques. C’est aussi une façon de mettre en avant l’évolution des technologies.

Tunnel silhouette
Tunnel d’expo recto

On entre par un tunnel reconstitué, qui donne évidemment l’occasion de photos assez intéressantes. Après le tunnel, on a l’impression de se trouver à l’intérieur d’un barrage, avec des reflets et des bruits un peu inquiétants, comme si des tonnes d’eau nous entouraient. Super bien fait.

tunnel expo cyclopica
Tunnel d’expo verso

 

Faux barrage
Faux barrage

 

Mur d'eau virtuel
Mur d’eau virtuel

On découvre ensuite beaucoup d’immenses photographies, certaines où l’homme est représenté tout petit dans de formidables infrastructures ou de grosses machines, d’autres sur lesquelles des outils en gros plan rendent hommage aux métiers du bâtiment.

L’homme et ses réalisations

Des sons et lumières, des vidéos, des successions d’images montrent la construction progressive des chantiers de Salini Impregilo. C’est une grosse entreprise italienne, « leader mondial des infrastructures complexes à grande échelle » , du genre de Bouygues.

Chantier coloré
Chantier coloré

 

Drôles de machines
Drôles de machines

 

Face au chantier
Face au chantier

Après cette « visite de chantier » passionnante, nous poursuivons notre balade d’abord dans les étages du musée, puis dans le jardin où l’on peut se reposer en compagnie de drôles de statues.

Des escaliers et des reflets
Des escaliers et des reflets

 

Oeuvres grand confort

 

Drôle de piscine

Fin d’après-midi, petit coup de mou… il va nous falloir un aperitivo pour se requinquer ! et quoi de mieux que de filer jusqu’aux Navigli, le quartier des canaux de Milan, ou tout le monde se retrouve, en ce samedi soir.

Navigli

Les Navigli, je vous en ai parlé l’année dernière, c’est par ici. pour les détails de l’histoire du quartier.

Canal
Canal

J’ai retrouvé avec plaisir l’ambiance détendue et les terrasses face aux canaux. Chantal a semble-t-il bien apprécié aussi :-). Je vous laisse donc avec quelques nouvelles images.

aperitivo navigli milan
aperitivo reconstituant !

 

Poste de conversation
Poste de conversation

 

Reflets de canal

Les cafés, restaurants, et glaciers se succèdent le long des canaux. Mention spéciale pour cette jolie devanture…

Gusti disponible
Gusti disponibili

 

Féministe
Féministe

Je cherchais un sujet sur le thème « slogan sur un t-shirt  » pour le « monthly challenge » de notre groupe sur flickr, j’aime bien l’attitude sure d’elle de cette fille, ça lui va bien, non ?

Après les canaux, nous avons marché un peu de l’autre côté du quartier, qui débute Porta Ticinese.

Le monde est à lui
Le monde est à lui

Le slogan n’est pas sur un t-shirt, mais je ne pouvais pas le louper !

Retour en tram sur l’incontournable place du Duomo, même pour un petit moment, avant de rentrer tranquillement.

Photographier le photographe
Photographier le photographe

Retour en métro. C’est la ligne jaune, au cas où vous n’auriez pas deviné 😉

Ligne jaune, métro
Ligne jaune

Si vous avez aimé la balade, un petit clic sur « j’aime », un autre sur « partager » sur facebook, et tout commentaire ou question sera très grandement apprécié 🙂

A bientôt pour la suite 🙂

Prague, dernières balades, et les bébés de David Cerny

Un dernier retour à Prague ? C’est parti ! Comme Anne et ses balades à Budapest, je me suis beaucoup étendue sur notre voyage d’automne à Prague à travers 7 ou 8 articles (Pour les retrouver, cliquez sur Prague 2017 dans la rubrique « catégories »).

Même si le séjour n’a duré que 5 jours, il a été très riche en découvertes, et encore, certains lieux ont échappé à notre boulimie touristique !

Il me reste quelques photos éparses, les une prises principalement au nord du quartier Nové Mesto, les autres dans le quartier de la tour de la télévision.

Nové Mesto

Nous avons longé l’avenue Národni en partant de la rive Est de la Vltava,  et nous sommes égarées dans les rues du quartier.

Première étape sur le parvis de la petite place Vaclav Havel, renommée ainsi seulement depuis 2016. Un drôle de mélange d’architecture moderne et classique, car située entre l’ancien et le nouveau bâtiment du Théâtre National. Le cœur rouge vif est impossible à manquer. C’est l’oeuvre du scuplteur Karel Prager. Il parait que l’on peut y inscrire des messages. Nous ne sous sommes pas assez avancées pour s’en rendre compte sur le moment. Je vous donne des infos de première main, non ?!! Merci Google et prague.eu !

Cœur de pierre
Cœur de pierre

En fait juste à côté, une autre sculpture bizarre a attiré notre attention. On dirait que les associations de mémés (?) tricoteuses ont de l’imagination, non ? Comme j’ai un peu de temps à perdre ce dimanche, je suis allée chercher dans les tréfonds de l’internet pour en savoir plus. Sous cette « magnifique » poupée de laine (street art provisoire) se cache une statue de jeune femme de l’artiste Josef Malejovski (1914-2003) .

Maryline tricotée
Marylin tricotée

Sans doute certain(e)s ont-ils trouvé que la statue n’était pas assez originale. Constatez vous-même ci-dessous.

Dans la même veine, la pauvre statue en a vu d’autres : elle a déjà été décorée différemment, dans le style Klimt :

The sculpture with and without dress, Square of Václav Havel, Prague
source : evablahova.cz, 2016

Quelques rues plus loin, nous tombons presque par hasard sur la tête tournante de Frank Kafka.

Kafka en automne
Kafka en automne

C’est une impressionnante sculpture de l’omniprésent David Cerny. Une buste de 11 mètres de haut et d’une quarantaine de tonnes, 42 strates d’acier qui tournent doucement sur elles-mêmes, modifiant ainsi le visage de l’écrivain Pragois. Ce Cerny, il ne fait rien à moitié !

La sculpture est installée depuis 2014 près d’un grand centre commercial, au-dessus de la station de métro Národní třída.

Pourquoi ce mouvement perpétuel qui donne l’impression que la tête de Kafka se transforme à chaque seconde ? c’est (selon l’artiste) une façon d’exprimer la personnalité torturée de Kafka et le doute qui le tourmentait sans relâche toute sa vie.

J’ai trouvé fascinante la vidéo ci dessous, où l’on voit se construire le buste.

Car, oui, l’idée géniale de cette tête tournante vient de l’artiste, mais la construction de l’oeuvre est à saluer, c’est un modèle de précision, qui s’apparente à un monumental système d’horlogerie.

 

Un peu plus loin, et encore par le plus grand des hasard, nous passons devant le passage Lucerna, une galerie à l’ancienne, comme certains passages parisiens.

Ce passage a été construit entre 1907 et 1921 par le grand-père de Václav Havel et il reste l’un des chefs-d’œuvre pragois de l’Art Nouveau.

Dès l’entrée, sous une magnifique coupole de verre, nous sommes rattrapées par David Cerny, qui a encore frappé ! Un colossal cheval est accroché au plafond, et comme il n’est pas possible pour l’artiste de faire comme tout le monde, le cheval est… tête en bas, mais son cavalier, le roi tchèque, Wenceslas a la tête en haut et ne semble pas perturbé plus que ça !

Le cheval à l'envers
Le cheval à l’envers

Juste en face, le tapis rouge de l’escalier qui mène au cinéma le Kino Lucerna, le plus ancien cinéma de la région (ouvert en 1909, excusez du peu) et toujours en activité… A l’étage se trouve aussi un café de la même époque ou presque, nous n’y sommes pas montées, mais si ça vous tente, il parait que ça vaut le détour…

Monumental escalier

 

Trois hommes

On trouve tout dans ce passage, un cinéma, des expositions, mais aussi des boutiques pittoresques, dont une fromagerie française, un magasin d’antiquités, des pâtissiers à l’oeuvre à la Pâtisserie St Tropez , une librairie colorée, et surtout un magasin dédié à la photographie, avec des appareils anciens, de toute beauté !!

Crème pâtissière
Crème pâtissière

Et ses réalisations :

 

Librairie
Librairie

Le club de lecture du coin…

 

Mini-statues dans un magasin d’antiquité…

Et la « Vykup Phototechniky », avec des appareils anciens superbes…

Tout ça nous a mis en appétit et juste en face de l’entrée du passage Lucerna, nous avons dégoté au fond d’une impasse, un petit restaurant bien sympathique, Styl & Interier, des plats simples et bons dans un décor de brocante chic, avec un serveur adorable, qui parlait français 🙂

Styl & Interier

Juste avant de quitter le quartier, je ne pouvais pas passer à côté de quelques Pragois en pause cigarette 😉

 

Pause 1

 

Pause 2
La tour de la télévision et ses bébés Cerny

La tour de la télévision, à Prague, on ne peut pas la rater, même de loin. Une architecture à la sauce soviétique, typique du temps de la République socialiste Tchécoslovaque, même si elle a été construite à la fin des années 80. Comme celle de Berlin, dans un genre similaire, elle sert de point de repère dans toute la ville, avec ses 216 m de haut.

La tour de la télévision de Prague

Elle se situe dans le quartier de Zizkov, et en porte le nom. Elle sert de transmetteur pour la télévision, la radio et la téléphonie. C’est aussi un observatoire météo. On y trouve un café et un restaurant, à une centaine de mètres de haut, avec une vue panoramique sur la ville.

C’est plus une curiosité qu’un chef-d’oeuvre architectural. D’ailleurs, sur le site même de la tour, towerpark.cz  il est précisé : « C’est toujours un bâtiment très controversé en raison du contraste entre l’environnement historique et l’architecture high-tech. Elle a également reçu des «récompenses» de VirtualTourist.com de l’Australie en tant que deuxième bâtiment le plus laid du monde, et nous en sommes fiers. » Véridique !! Après, les goûts et les couleurs … c’est surtout pour la période « guerre froide et rideau de fer » que les Pragois ne l’ont jamais beaucoup aimé.

Tour au carré

De plus, elle a été « enjolivée » en 2000 par qui, je vous le donne en mille ?! notre ami Cerny 🙂

Entre les branches

Ses gros bébés (une dizaine) montent à l’assaut de la tour. Si ceux de l’île Kampa sont en bronze, ceux ci sont en polyester, surement plus facile à installer à la verticale.

Je monte ou tu descends ?!

Justement, lorsque nous sommes arrivées sur la colline de Zizkov, nous avons constaté une certaine agitation autour des piliers de la tour : des ouvriers, des camions, des cordes. En levant la tête, à notre grand étonnement, nous avons assisté en direct à la descente d’un des bébés ! Nous avons alors supposé que l’un d’eux avait besoin d’un petit coup de jeune (le comble pour un bébé) Du coup, j’ai quelques photos pas banales de ce moment critique !!

La descente de la tour…

Il ne faut pas moins de 4 ouvriers pour soulever bébé (heureusement qu’il n’est pas en bronze !)

Bébé à terre

Il est définitivement photogénique, même de dos… ou de profil !

Salle de jeu

 

En route !

J’ai lu plus tard que pour l’entretien et le nettoyage de la tour, les bébés étaient temporairement enlevés de la structure en octobre 2017 et seront replacés au printemps 2018. Nous sommes vraiment tombées pile au bon moment !

Ce quartier, heureusement pour lui, ne se résume pas à ce bâtiment, et il est même plutôt agréable. Des façades colorées, des arbres, des rues pavées, des boutiques et des terrasses, un marché. Un peu loin du centre touristique, c’est une bouffée de tranquillité que nous avons beaucoup apprécié…

Pour terminer cet article un peu long (mais j’ai décidé d’en finir avec Prague aujourd’hui !) quelques vues en noir et blanc, juste pour le plaisir de la lumière, ou du moment…

Bonus

Excepté Berlin, je n’étais pas encore allée dans une ville de l’Est de l’Europe. Je craignais un peu la langue si différente. Mais l’anglais se pratique couramment, aussi cela n’a pas été un obstacle.  J’ai beaucoup aimé Prague. La ville est pleine de vie et a su mettre en valeur son patrimoine architectural de toutes les époques. Bien sur, le revers de la médaille (pour nous, mais pas pour la ville) c’est le trop plein de touristes dans les quartiers les plus connus. Mais, comme Venise, il faut savoir s’en éloigner, ou trouver les bons horaires pour les apprécier.

J’espère vraiment pouvoir repartir bientôt vers une autre destination, et je vous souhaite aussi de découvrir de beaux endroits. A défaut de partir dans les semaines à venir, je me ferai un plaisir d’aller découvrir d’autres blogs de voyage. Vous qui passez par là, si vous en connaissez, n’hésitez pas à parler de vos coups de cœur.

Le sentier des arts à Mornac sur Seudre

Marais japonisant

5ème édition cette année du sentier des arts dans le pays Royannais et les alentours. A l’automne venu, du 16 septembre au 5 novembre, cette manifestation artistique propose aux derniers touristes et aux gens du coin de découvrir des oeuvres de land art, disséminées comme des oeufs de Pâques tardifs au beau milieu des paysages typiques des estuaires de la Gironde et de La Seudre. Une incitation à prendre des sentiers de traverse, et de (re)découvrir les terres de marais.

sentier des arts Mornac
« O » des marais

Continuer la lecture de « Le sentier des arts à Mornac sur Seudre »

Lignes de défense

Tapis blanc
Tapis blanc

Je n’étais jamais allée à la Défense, ou juste en passant… évidemment, ce n’est pas une destination à laquelle on pense tout de suite en tant que touriste (ou même comme Parisien !) En revanche, pour les photos, c’est un super terrain de jeu.

En rédigeant cet article, je suis allée voir quelques sites, dont celui-ci,  et j’ai appris que ce quartier d’affaires avait été tout de même classé « site touristique » depuis 2009. Connaissez-vous d’ailleurs l’origine du nom de ce quartier ? il vient d’une statue de Louis-Ernest Barrias, inaugurée en 1883 « la défense de Paris » érigée à la gloire des soldats ayant défendu la ville pendant la guerre de 1870. Un peu incongrue maintenant dans cet environnement futuriste…

Continuer la lecture de « Lignes de défense »