Rochefort, retour auprès de l’Hermione

Publié le Publié dans Balades d'avant-saison
Rochefort février 2016
Majestueuse Hermione

Après un tour à Saintes en matinée, je suis allée revoir l’Hermione à Rochefort. Vous vous souvenez de son départ pour l’Amérique ? elle m’avait inspirée un article en avril 2015. Après un périple réussi et très médiatisé, elle est revenue en octobre dernier passer un hiver au calme dans son bassin d’origine.

Le chantier de la construction, commencé en 1997, a duré plus de 17 ans, alors qu’en 1779, la frégate avait été construite en 6 mois ! Mais c’était sans compter sur toutes les difficultés rencontrées : retrouver les dessins d’origine à l’échelle, les plus de 1100 m3 de bois de chêne nécessaire, les savoirs-faire de l’époque, tout en respectant les règles de navigation actuelles.

4,5 millions de visiteurs ont contribué au financement du chantier pendant ces 17 ans… ce sont des chiffres impressionnants. Comme le dit si bien cet article « De l’arbre à la frégate : le roman de l’Hermione » :

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait« .

Rochefort février 2016
Radoub d’époque

C’est dans ce radoub du XVIIIème siècle qu’est née peu à peu la réplique du vaisseau qui mena Lafayette jusqu’aux côtes américaines, pendant la guerre d’indépendance qui vit naître les États-Unis. C’est là que la version originale a été construite également. C’est assez émouvant de voir ce vestige du passé qui a été plein d’une intense activité à plus de deux siècles d’intervalle… Aujourd’hui, l’Hermione se repose à quai à quelques mètres, et cette cale sèche ne résonne plus des bruits de la construction. Seuls deux ou trois hommes entretiennent mollement les vieilles pierres, grattant les mauvaises herbes en profitant du soleil de cette fin d’après-midi…

Rochefort février 2016
Touffes par touffes

 

Rochefort février 2016
Synchronisés

Après l’hivernage, les visites ont repris le 6 février dernier. Le bateau continue de se refaire une beauté, grâce à des bénévoles toujours aussi enthousiastes.

Rochefort février 2016
Bleu de travail

Je n’avais pas anticipé de faire un tour du côté de l’Hermione, aussi, je ne suis pas allée visiter l’intérieur (que j’avais découvert avant son périple). J’ai juste pris plaisir à profiter de ses belles couleurs depuis le quai…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une fière proue

 

Rochefort février 2016
Le lion qui a vu l’océan

 

Rochefort février 2016
La salamandre embarquée

… et pris le temps d’observer les gabiers, les volontaires qui participaient aux manœuvres pendant le voyage, et dont certains continuent d’entretenir les cordages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Bel équilibre

L’enroulement des cordages est tout un art…

Rochefort a été du temps de Colbert le plus grand arsenal militaire du Royaume. Ici, durant 250 ans, plus de 350 vaisseaux ont été construits, armés et entretenus.

Ce passé militaire se retrouve dans la disposition des rues, dans un quadrillage rigoureux. Les sens uniques et les sens interdit alternent méthodiquement, on ne risque pas de se tromper !

Ma balade s’est terminée sur la place principale de la ville, encadrée par les rues Pierre Loti et de la République. Une agréable place pavée, avec une fontaine, quelques bancs et des terrasses de cafés …

Fontaine symétrique
Fontaine symétrique

 

Chasse au pigeons
Chasse au pigeons

La ville est aussi connue pour le tournage des Demoiselles de Rochefort, et pour la maison de Pierre Loti. J’aimerais y retourner pour vous en parler, car c’est un lieu étonnant, avec des pièces décorées de façon excentrique dans des styles très différents. J’allais vous proposer un lien, mais je viens de constater qu’elle est fermée « momentanément » pour des travaux de restauration, depuis octobre 2012 et jusqu’à … 2020 ! J’en suis toute dépitée 🙁

Un petit aperçu :

Afficher l'image d'origine
Salle renaissance. Maison de Pierre Loti © Ville de Rochefort

Pendant la fermeture de la maison, on peut cependant trouver des collections d’objets appartenant à Pierre Loti au Musée Hèbre de Saint Clément à Rochefort, et une visite en 3D… mais ce n’est qu’une petite consolation.

Ces balades à Saintes et à Rochefort m’ont donné envie de continuer à découvrir  nos petites villes « Charentaises-maritime ». A suivre donc !

6 réflexions au sujet de « Rochefort, retour auprès de l’Hermione »

  1. Eh voilà, un article à préparer pour 2020 tu as tout ton temps.
    Le bateau a retrouvé son calme après la gloire. La photo de l’ancre comme j’ai lu le texte avant de la regarder j’ai tout de suite vu la salamandre génial ce coup d’œil de la photographe qui d’autre aurait vu l’œil de la bête.
    Les pigeons symétrie mais pas seulement une scène au premier plan puis des cheveux dans la lumière de l’autre côté excellent.
    Bleu de travail la scène bien campée, bien disposée.
    Les gabiers sont bien dans leurs cordes.
    Et j’aime le mot radoub comme gabier, ça rappelle les romans de marins avec ces mots techniques que plus personne ne connait.

  2. Quel beau bateau ! J’avais visité le chantier presque à la fin la mise à l’eau était prévue pour l’année suivante de mémoire … Cela m’aurait vraiment dit de le voir naviguer
    J’ai beaucoup tes photos de fin d’article en N&B avec les cordages, ainsi que la chasse au pigeons 🙂

  3. Jolie balade instructive ! C’est marrant, avec l’ombre de l’ancre, j’ai vu un oiseau !
    Les photos en noir et blanc des marins sont superbes, avec toutes ces textures de cordes, très graphique !
    « Bleu de travail » a une très belle composition. La « chasse au pigeon » a une jolie lumière, très agréable !
    C’est dommage pour la maison de Pierre Loti, ça avait l’air pas mal, je ne connaissais pas ! 🙂

    1. Bravo, Anne d’avoir vu un oiseau, malgré le titre « salamandre », j’ai hésité à la nommer ainsi pour ne pas influencer la lecture de la photo, mais ça me paraissait tellement évident. Comme quoi, chacun a son interprétation.
      J’avais visité la maison de Pierre Loti quand je n’étais pas accro à la photo, dommage !

Laisser un commentaire