ItalieVoyages

Retour à Milan, conseils pratiques et Piazza Gae Aulendi

J’avais découvert Milan avec Tina l’année dernière lors d’un séjour impromptu en avril, et j’avais énormément apprécié l’atmosphère Milanaise. Cette année, après avoir pensé à plusieurs destinations au nord ou à l’Est de l’Europe (Amsterdam, Budapest…) nous avons finalement décidé de repartir en Italie, son soleil printanier nous ayant définitivement convaincues. Et Chantal, ma copine de voyage habituelle, ne connaissait pas la ville dont je lui avais déjà beaucoup parlé.

En relisant les quelques articles écrits au retour de ce premier séjour à Milan en avril 2017, j’ai réalisé que je ne vous avais pas donné d’informations pratiques sur les transports et l’hébergement. J’en profiterai donc pour le faire cette année. Aller à Milan, s’y déplacer et y trouver un appartement sympa au meilleur rapport qualité prix est d’une simplicité enfantine.

rails de tramway
En route pour Milan

Je ne le répéterai jamais assez, pensez à réserver quelques semaines à l’avance pour le vol. En général, je m’y prends entre deux et trois mois avant le séjour, et on trouve ainsi les meilleurs prix. Nous sommes parties de l’aéroport de Bordeaux, ce que je dis concerne donc surtout les habitants de la Nouvelle Aquitaine. Un aller-retour à moins de 60€, qui dit mieux ?!

(Crédits : Aéroport de Bordeaux-Mérignac)

Le terminal Billy, réservé à Easyjet, s’est bien amélioré, pour du vol low-cost. Le contrôle des bagages et des passagers s’est quelque peu humanisé, les employés sont plus disponibles, je dirais même plus attentionnés. Ils prennent le temps de donner plus d’explications aux passagers sur les consignes de sécurité.

La vérification des bagages cabines est plus fluide et moins stressante. En même temps, il vaut mieux anticiper pour limiter le « déshabillage » : évitez la ceinture, les chaussures lacées, pensez à mettre la trousse de toilette transparente (avec les produits liquides) la plus accessible possible dans votre valise. Cela vous évitera de l’extraire au beau milieu des chaussettes et autres sous vêtements ! Il faut savoir qu’Easyjet ne tolère qu’un seul bagage en cabine et donc aucun petit sac à main en plus de la valise aux dimensions réglementaires (56 x 45 x 25 cm, et pas de limite de poids).

Il vaut mieux glisser le fameux sac dans la valise avant de se présenter à l’embarquement. On pourra y mettre le strict minimum pour le sortir une fois installé dans l’avion, genre un bouquin, une revue, un guide, un snack. En même temps, sur des destinations européennes, la durée du vol est trop courte pour s’ennuyer, à peine plus d’une heure trente pour Milan…

L’aéroport d’arrivée est celui de Malpensa, situé à une petite heure de bus de la gare centrale de Milan (quand ça roule bien !). Le terminal 1 est réservé aux vols européens, c’est aussi le pré carré quasi exclusif d’Easyjet, on ne voit que leurs avions orange et blanc sur les pistes !

Rien de plus facile que de rejoindre le centre ville : des bus de plusieurs compagnies font la rotation toute les 20 minutes. Le ticket s’achète juste avant la sortie du terminal (c’est indiqué partout, pas de risque de se perdre). Comme vous allez forcément revenir par le même itinéraire (à moins d’être retenue par un beau Milanais !) il est plus simple d’acheter directement un aller retour (8€ l’aller, 14€ l’aller retour, le compte est vite fait !)

Il existe aussi des trains pour faire le même trajet, mais leur accès est moins évident, et l’aller est à 13€ pour 50 minutes. Pas grand intérêt, je trouve.

La gare de Milano centrale est gigantesque et imposante, dans le style art déco massif des années 30. L’intérieur a été modernisé, mais il reste des bas reliefs et des mosaïques très « nationalistes ».

Milano Centrale, avril 2017

Nous sommes arrivées sous une petite pluie (qui n’a pas duré) et je n’ai pas pu prendre de photos de la gare cette année, mais j’avais pris vite fait celle-ci au smartphone l’année dernière, ça donne une idée du bâtiment.

Les transports à Milan

Les métros sont propres et faciles à utiliser, mais comme la ville est relativement concentrée géographiquement,  il est possible de faire beaucoup de choses à pied. Attention quand même à la fatigue accumulée. Le compteur de pas sur mon téléphone indiquait régulièrement une bonne dizaine de kms par jour ! Nous avons pris des billets 24h ou 48h, pour circuler partout que ce soit en métro, en bus ou en tramway. Tarifs : 4,50€ pour 1 jour, 8,25€ pour 2 jours.

Il existe aussi la MilanoCard, qui en plus des transports illimités, offre des réductions sur les entrées dans les musées. A vous de voir, ça peut être intéressant. A réserver avant de partir, au contraire des tickets de transport.

Métro Milan

L’autre moyen de transport à privilégier à Milan, c’est le tramway. C’est l’ancêtre des transports publics à Milan, le réseau ayant été inauguré en 1881 ! En revanche, il est moins facile de se repérer que dans le métro. Nous avons malheureusement peu utilisé les tramways, car sans un plan, pas facile de s’y retrouver. J’en ai trouvé un tout froissé à l’aéroport, mais alors que nous attentions l’avion du retour, c’est malin !!

Tramway Milan

Aussi, si vous voulez utiliser les tramways, voila quelques conseils que je n’ai repéré qu’à mon retour sur mon guide « Milan et les lacs » car ces infos sont tout à la fin. Je sais, c’est nul !

Le plan du réseau de tramway est disponible aux points d’information ATM (Azienda Transporti Milanesi) et particulièrement à la station de métro Duomo, ainsi que dans les kiosques à journaux dans différentes stations de métro (comme les billets, d’ailleurs). Le vieux tramway numéro 1 traverse le centre historique (ce qui est un bon moyen d’avoir un premier coup d’œil à la ville sans se fatiguer). Les tramways numéro 2 et 3 sont aussi pratiques pour faire du tourisme.

Un joli pied à terre

Revenons à notre arrivée à Milan. Juste après la réservation du vol, nous avions trouvé sur airbnb un petit appartement très bien situé, à 5 mns à pied de la gare centrale et des stations de métro. Il a fallu aller chercher nos clés dans une agence située juste à côté de la gare, mais Filiberto nous a reçu tout de suite et ses explications pour accéder au logement étaient très claires.

L’appartement, situé sous les toits, est un petit nid douillet tout confort, lumineux malgré les seules fenêtres de toit, et correspond bien aux photos du website. Cependant, nous ne nous attendions pas à la qualité de l’immeuble, datant des années 30 mais en excellent état.

Sous les toits de Milan (©Chantal)

Escaliers de marbre, mosaïques délicates au sol, magnifique ascenseur d’époque, qui fonctionnait parfaitement, sans un bruit. Un vrai plaisir de grimper au 6ème étage dans ces conditions.

Escaliers de marbre
Escaliers de marbre
Escaliers et ascenseur

Nous déposons les valises, il est environs 16h, et nous nous dépêchons de partir à la découverte du quartier et de la Piazza Gae Aulendi, à environ une demi-heure à pied de notre hébergement.

Berlin à Milan

Sur notre chemin, un café qui nous rappelle un autre voyage…

Les tours du nouveau quartier
Piazza Gae Aulendi

Ce quartier autour de la piazza Gae Aulendi (du nom d’une célèbre architecte Milanaise, qui a été entre autre chef de la transformation en musée de la gare d’Orsay à Paris) est tout récent. Il a été inauguré en 2012, c’est dire.

Il se donne des airs de petit Manhattan, avec ses tours plus hautes les unes que les autres, arborant des courbes et des lignes à damner un photographe.

Ce complexe urbain est l’œuvre de l’architecte César Pelli. Ce n’est pas n’importe qui, jetez plutôt un œil sur ses réalisations. Il est entre autre l’architecte du Pavilion at Brookfield Place, situé à New York, et que j’avais adoré en 2016.

Bref, revenons à Milan.

Tour Unicrédit

 

Des lignes et des courbes

Évidemment, je n’ai pu m’empêcher de trouver des points de vue moins touristiques, mais bien graphiques, avec une touche de couleur pour animer les lignes…

Un sac jaune

 

Deux sacs jaunes

Un peu plus loin, une fête se déroulait, à grand renfort de baraques à bières, de concerts, de séances de Yoga Break (des acrobaties impressionnantes) et de massages. Un drôle de mélange, mais tout le monde avait l’air de bien s’amuser.

Corona girls

Nous sommes arrivées sur la place Aulendi au moment où la lumière était la moins flatteuse. Je suis donc allée chercher dans mes photos de l’année dernière les quelques vues ci dessous…

Ces drôles de trompettes sont reliées les unes aux autres par des tuyaux qui communiquent, on peut y murmurer pour parler à son complice à l’étage au dessous.

Les trompettes de la renommée ?

 

Observé

Les Milanais n’ont pas besoin de ça pour discuter ! à ce propos, ils sont encore plus accrocs au « telefonino » que nous. On les voit parler tout seuls en faisant de grand gestes, et on aperçoit ensuite la petite oreillette reliée par bluetooth à leur téléphone portable. Des Italiens, quoi !

Même les mannequins ont des téléphones à la main !

Boutique aux petits soins

Au sortir de la piazza Gae Aulendi, les boutiques très chics se succèdent le long d’une passerelle  avant de rejoindre le Corso Como, une rue pavée très vivante, où les restaurants, cafés, terrasses ne désemplissent pas (en particulier à l’heure de l’apéritivo, dont je vous ai déjà parlé dans cet article ).

 

Un scooter en vitrine ?

 

Concours d’élégance

 

Élégance à tout âge

 

Le barbier rock and roll

Nous nous imprégnons de cette atmosphère de Dolce Vita, avant de nous installer à la terrasse d’une pizzéria du Corso Como, the Rocking Horse. Pas de la grande cuisine, mais un assez bon rapport qualité prix, et des serveurs et serveuses adorables. Je ne vous impose pas les selfies avec pizza et vino rosso di Montalcino, mais c’était excellent ! Nous avons eu la chance de dîner sans la pluie, qui a commencé doucement à tomber alors que nous retournions à notre appartement.

Nous repassons par la fameuse place Gae Aulendi pour profiter des jeux de lumières et d’eau by night.

Fontaine in blue

La petite averse contribue à faire briller les pavés…

Silhouettes après la pluie

 

Feux follets

 

Dernière vue sur la tour Unicrédit

C’était une petite mise en jambe pour débuter bien agréablement ce séjour Milanais. Je vous retrouve bientôt, pour de nouvelles visites. Au programme du lendemain : Duomo, Scala, Musée Novecento, et Parc Sempione. Du lourd !

Ciao, banbini, a presto 🙂

9 réflexions au sujet de « Retour à Milan, conseils pratiques et Piazza Gae Aulendi »

  1. Wahou… quel bel article. Merci pour toutes ces infos. J’ai aimé toutes ces courbes et ces lignes dans tes prises de vues. Sympa les captures « Les trompettes de la renommée ? et Observé ». Tu as été vraiment bien inspirée! Bon retour.

    A bientôt.

    1. Merci Pascal. J’ai pris du temps pour ce premier article, il y avait de quoi dire ! Un petit voyage, ça vous rebooste votre inspiration 🙂

  2. Les photos d’architecture me parlent, il y a de la matière, je m’y amuserai bien je pense ! 🙂
    Votre logement avait l’air très sympa et l’intérieur de l’immeuble est surprenant. Les quelques petites photos de rue colorées sont bien trouvées ! Vivement la suite !

  3. I always like how informative your posts are. If I planned to travel around Milan by train, your post would definitely have been extremely helpful. I don’t even take public transportation here in NYC unless 100% necessary. 99% of the time I walk and the rest of the time, if it’s within Manhattan, I take an Uber or Via.

    I loved seeing all your pictures. It brought back many happy memories of last year’s trip that we took together and this year’s trip. I always like the lines and angles in your photos. I could swear that I know one of the girl’s in the picture where they are all holding beers. (The girl in the middle.) She looks exactly like someone I follow on Instagram. I don’t know if she lives in Milan, but she definitely lives in Italy and is always posting pictures from Milan and different parts of Sicily.

    1. Thank you Tina. During the day, except during the rush hours, the public transportation is very enjoyable in Milan.
      I still have some pictures that I did’nt post from our last year’s trip. If I need it, I will use them for the next posts:-)
      It’s so funny what you say about the girl of the picture « Corona girls » Maybe it’s her. If you follow her on instagram, you can ask her or send her the link to this post !!

  4. Bravo pour cet épisode guide de la routarde. Contrairement au fameux guide il y a les photos c’est toujours ce qui manque dans les guides pour donner envie. On ne voit jamais les quartiers modernes comme ici magnifique tes photos. Très belle celle à travers l’ovale opercule. La gare en impose mais la pomme tempère !
    Les street view j’aime les sacs jaunes petits point colorés dans la grisaille du béton et la dame au turban flashy.
    Pas mal ton immeuble pour loger en passant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.