Parisiens ou touristes ?

Publié le Publié dans Balades d'avant-saison, Paris, Voyages

Après les lignes très graphiques de la Défense, un petit mélange de street photography au hasard des nombreux quartiers que j’ai arpenté pendant ce séjour à Paris.

Séance shooting in blue
Séance shooting in blue

Quelle que soit la métropole visitée (New York, Londres, Paris…) on y trouve des photographes amateurs ou professionnels à chaque coin de rue, ce qui est un avantage certain pour passer inaperçu. Je devais être dans le quartier du Marais. Ces trois personnes étaient si concentrées sur leur shooting qu’elles ne m’ont pas repérée une seule fois. Je me demande encore ce que faisait celle avec le long manteau noir. Immortalisait-elle la séance ? Le chapeau, le jean déchiré, la porte forment un camaïeu de bleus impossible à passer en noir et blanc. Je serais curieuse de voir les clichés pris par ce photographe. J’espère juste qu’il s’est concentré sur le visage du mannequin et non pas sur ses gambettes un peu trop fines à mon goût (sans être méchante)…

Un air de famille...
Un air de famille…

Après une pause devant Beaubourg, je reprends mon chemin, et je laisse l’écran orientable faire son boulot : il ne reste plus qu’à marcher tout doucement, voire s’arrêter en regardant l’écran orientable de l’Olympus E-M5, comme si je vérifiais les photos que je venais de prendre. Cette attitude  finit par devenir une deuxième nature chez moi.  De plus avec les lecteurs où les « smartphoneurs » concentrés sur leurs objets fétiches, c’est presque trop facile !

Justement, j’avais repéré celui-ci qui feuilletait tranquillement sa revue. Quand j’ai vu la quatrième de couverture, j’étais contente de ma prise. J’aurais du juste lui demander de quitter son K-Way pour être parfaitement ressemblant 😉

Bredan's picture
Bredan’s picture

À peine plus loin, je trouve que cet homme a un visage intéressant, et je m’apprête à lui tirer discrètement le portrait… quand je reconnais la photo qui illustre son magazine : c’est celle de Brendan O Sé, un photographe Irlandais que je suis sur flikr, et sur son blog : il a pris ce cliché avec son i-phone, et a été retenu parmi d’autres pour illustrer la publicité d’ Apple. Sa photo s’est retrouvée sur d’immenses panneaux publicitaires dans les grandes villes du monde entier. Une belle histoire pour un  photographe amateur (de talent !). Bref, quand j’ai vu ce type lisant cette revue, j’étais fébrile : il me fallait absolument ce cliché , pour pouvoir le dédier à Brendan. Assez contente du résultat, même si j’aurais préféré que l’on voit un peu mieux la photo.

Je viens de réaliser que ces deux photos ont aussi un point commun. Vous l’avez trouvé ?!

Et Hop, dans le décor
Et Hop, dans le décor

Le métro est un excellent terrain de jeu pour la photo de rue. Il faut juste être très rapide au déclenchement, rester discret évidemment, éviter les heures de pointes (manquerait plus qu’on vous pique l’appareil), gérer les différences de lumière, et éviter les photos « bateau » : on voit tellement d’images de gens dans le métro qui sont juste, comment dire ? banales. Finalement ce n’est pas si évident.

C’était la première fois que je tentais cet exercice dans le métro parisien.  J’ai encore beaucoup utilisé la technique de l’écran que l’on fait semblant de tripatouiller, et j’ai trouvé au bout d’un moment étonnement facile de passer inaperçue. Le plus compliqué, c’était de trouver des scènes intéressantes. Comme cet homme qui semblait  se fondre dans le décor. On pourrait presque imaginer qu’il va prêter son portable aux personnages de la fresque.

Songeur
Songeur

J’ai fait un gros tri dans ces prises de métro. La seule que j’ai gardé est ce jeune homme à l’air rêveur, sans bouquin, sans smartphone, sans tablette… juste dans ses pensées. il en est presque rafraichissant !

Les couleurs de Harry Gruyaert m’ont certainement marquée pendant ce séjour :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Jeune homme dans la vitrine

Les couleurs orange, jaune, rouille donne une ambiance un peu années 70, non ? j’aime aussi qu’il soit concentré sur son travail, un stylo à la main (plutôt qu’un écran !). Je n’ai rien contre les écrans, je suis moi-même accro, mais ça donne à la photo un air plus intemporel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Jaune et rouge pétaradant

J’ai évidemment forcé sur les contrastes pour ne laisser que des aplats de rouge, jaune et noir. Je voulais donner le sentiment que malgré le soleil écrasant, le cyclomotoriste patientait stoïquement. Attendait quoi ? c’est bien l’histoire de cette photo…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Monsieur et Madame Hulot

Il y a toujours des touristes « photogéniques » aux abords des sites connus. Les chapeaux, les chaussures de randonnée, les sacs à dos… ils sont bien sympathiques, non ?! Qui sait, je suis peut-êtrer sur leur photo, et ils ont du se dire : « zut, qui c’est celle-là, elle gâche le paysage ! »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dans la lumière du quai

Le long du quai des bouquinistes, les grands arbres créent des coins d’ombre et de lumière. Ce jeune homme était pile dans la lumière, ainsi que les deux « tableaux » qui permettent sans aucun doute de situer la scène.

La maison dehors
Rue des innocents

J’ai hésité à prendre cette photo. Je ne voulais pas gêner cette femme, mais j’étais attirée par les couleurs bariolées des sacs. Finalement, elle est restée plongée dans son journal, et j’ai pu shooter tranquillement, en attendant qu’il n’y ait plus de passants derrière elle.

Demain est la question
Demain est la quest.ion

 Je termine par celle-ci, qui me rappelle une citation d’un photographe (que je n’arrive pas à retrouver, si quelqu’un s’en souvient, merci ! ) : « ma meilleure photo est celle que je n’ai pas encore prise ».

Les autres photos de rue de ce séjour parisien  sont disséminées parmi mes autres posts de la catégorie Paris.

Une réflexion au sujet de « Parisiens ou touristes ? »

  1. Jolies photos de rue, bravo ! Du beau noir et blanc, et de belles en couleurs ! J’aime bien « Bredan’s picture », « jeune homme dans la vitrine », « dans la lumière du quai » et « demain est la question » ! Il aurait été marrant pour la dernière photo, que la balle de ping-pong se trouve de l’autre côté du filet près de la barre du « i », une occasion rare j’imagine !

    1. Merci, Anne. J’ai aussi un faible pour Brendan’s picture, à cause de la petite histoire, et le jeune homme dans la vitrine.
      Avec ton idée de point sur les i, j’ai modifier un tout petit peu le titre : demain est la quest.ion 😉

  2. Très réussie cette ballade (ou balade je ne sais jamais) parisienne. Je te vois suivre mes chemins familiers de terrasse de café en bord de Seine. Je t’envie quand même ton écran orientable, je fais pareil par exemple dans le métro mais mes cadrages ne sont pas toujours top. J’aime beaucoup ta vision du jeu de Julius Koller à Beaubourg, j’en avais pris aussi une que je poste aujourd’hui.
    J’adore les deux hommes qui lisent les revues et belle histoire avec ce cliché I Phone je ne l’avais pas vu celui-ci (ils sont un peu envahissant dans les gares).
    Bonnes couleurs Harry Gruyaert aussi.

  3. Balade est une promenade, ballade une forme musicale ou poétique… depuis le temps que j’utilise ce mot, je finis par ne plus me tromper, mais j’ai mis du temps. Après tout, c’est joli aussi le sens de ballade !
    Ce chemin dans ces quartiers est très sympa en effet. Je ne savais pas que ça s’appelait le jeu de Julius Koller ces tables de ping-pong, merci pour l’info. Et bravo aussi pour ta photo !
    Oui, j’ai beaucoup vu certaines pub d’I-phone dans les couloirs mais pas celui-ci, dommage pour lui. Je lui ai envoyé la photo, il était ravi !

      1. Super, merci. Brendan est un bon et humble photographe, il apprécie ce classement sans prendre la grosse tête, il n’est pas atteint par l’effet Dunning-Kruger (je ne savais pas ce que c’était mais ça se révèle vrai parfois !)

  4. Merci pour le mot balade/ballade j’aurais au moins appris quelque chose aujourd’hui !
    Cette série parisienne est très chouette encore 🙂
    J’aime bien en particulier celles à la terrasse du café et la table de ping pong en plongée
    Pour la citation, j’ai beau chercher mais sans succès je la connais mais je n’arrive pas à mettre un nom sur le photographe …

  5. I really like your first picture because the angle is kind of like a behind the scenes view of a photoshoot.

    I agree about wanting to see the picture a little better but you could also think of it as whoever views your photo has to really concentrate to find the hidden gem. Too often we flip through photos without taking the time to really see them.

  6. I’m not sure to understand what you say, Tina (even after google translation 😉 ) . I don’t think I said : »wanting to see the pictures a little better »
    I took a quote from a photographer I can’t remember the name: « my best photo is the one I have not taken yet.  »
    But I agree with you : we flip through photos… there is so much to see on flikr and on our favorite blogs…

    1. Oops. Sorry. It was late at night when I wrote that comment. When I wrote about wanting to see the picture better I meant the picture of the man reading the magazine that had Brendan O Se’s picture on the back.

    1. Merci Emma, de ton commentaire et de toutes tes petites étoiles 😉
      Je viens de relire les commentaires et j’ai retrouvé l’auteure de la citation : « Quelle est ma photo préférée ? Celle que je prendrai demain » – Imogen Cunningham !

      1. C’est normal ! J’ai l’impression que j’aurais pu prendre ces photos, dans le sens où j’aurais cadrée comme toi etc…
        Mais je n’ose pas vraiment prendre les gens en photo dans la rue..
        Emma

Laisser un commentaire