Les oubliées de février

Publié le Publié dans balades hors saison
Une des recalées du projet 28/28
Une des recalées du projet 28/28

Le groupe 28/28, initié par Luc, se termine. Pour rappel, il a fonctionné comme un projet 365 (une photo par jour pendant un an) mais heureusement, il ne durait qu’un mois, et encore, le plus court de l’année ! c’était donc un petit challenge à portée de main.

28 photos, une par jour ? facile, direz-vous.

Et non, pas si facile, à moins de prendre le parti de photographier n’importe quoi, n’importe comment. Et il n’en était pas question, sinon, ça n’a aucun sens…

Pour éviter justement de partir dans toutes les directions, je m’étais donné comme fil directeur de prendre des photos de l’architecture années 50 de Royan, ce qui parait assez facile compte-tenu de l’histoire de la ville. Or, il faut compter avec le temps (qu’il fait) et le temps (quelques minutes à une heure par jour). Ne vivant pas de mes rentes ni de mes photos, il fallait donc jongler avec le quotidien. De plus je ne voulais pas reproduire des photos que j’avais déjà prises tout au long de l’année dernière.

Tryptique U

Aussi, même si j’avais en tête le projet chaque fois que je sortais l’appareil photo, je ne suis pas toujours parvenue à trouver chaque jour l’objet de ma quête. Ou plutôt, si, mais le résultat ne me plaisait pas. Il m’est arrivé de jeter 20 photos parce que la lumière, ou le cadrage ou autre chose ne me convenait pas. Dans ce sens là ce projet a été formateur : petit à petit, je me suis concentrée chaque jour sur un sujet pour éviter de ramener 50 photos inutiles. Heureusement que nous vivons à l’ére du numérique, sinon, il aurait fallu une fortune en pellicules !

En même temps, tous les photographes vous le diront : pour réussir un cliché, il faut en faire un certain nombre. Même si l’on s’efforce de soigner chacun, il y en a peu qui passent la barre d’un examen attentif.

Donc, même si j’en ai jeté un paquet, il en reste quelques-uns qui reflètent les sujets que j’ai capté en plus de l’architecture. A Royan, le mois de février est vraiment hors saison, et peu de gens se baladent dans les rues.

J’ai cependant trouvé des promeneurs de chien (beaucoup !)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et même un chien curieux derrière sa fenêtre. 

Des travailleurs au boulot…

Des flâneurs plus ou moins pressés par tous les temps…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et, comme souvent en ce moment, des lieux désertés, comme ce salon de jardin original…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Un grand merci à Luc cependant, de m’avoir obligé à sortir l’appareil tous les jours à cette période de l’année. Je suis contente d’avoir été au bout de ce projet, mais on va se calmer un peu, et se contenter des projets 52, une photo par semaine, ça ira très bien !

Et vous, quels projets photos avez-vous pour le mois à venir ?

 

Une réflexion au sujet de « Les oubliées de février »

  1. Merci à toi d’avoir participé à ce petit jeu.
    Je peux te dire que tu as été cohérente dans tes 28 photos.
    Dans toutes celles qui ont été mise en ligne les tiennes étaient facilement reconnaissables par ta façon de cadrer, les couleurs et le plus souvent les bâtiments qui ont une certaine cohérence entre eux.
    Allez, on va faire redescendre la pression, le temps de digérer ces 28 photos.

    Pour mon bilan personnel de ce 28/28 et l’avenir, je te laisse lire mon billet final à ce projet :
    http://d-blog-pas.fr/?post/2015/02/28/%C3%87a-pique-les-yeux%21-%2828/28%29

    Tu y retrouveras des propositions qui pourraient t’intéresser! 😉

  2. Eh voilà, déjà la fin du projet ! De très belles photos en ont été sorties ! J’aime bien le chien curieux, mais également la recalée hors-sujet 2.

  3. C’était très intéressant comme démarche, ton choix permettait bien la cohérence des prises de vues. Au vu des autres clichés la géométrie n’a plus de secret pour tes photos. La ville est très graphique et permet d’inscrire des passants dans des cadres rigoureux; une série sur les travailleurs s’impose.

    1. Quand je suis arrivée à Royan, je n’aimais pas l’architecture. Il faut dire qu’en provenance de La Rochelle, ça changeait de cadre. Mais j’ai appris à apprécier le côté graphique de la ville. Et du moment que la mer n’est pas loin…
      Bonne idée, les travailleurs, je vais y réfléchir.

  4. It was definitely ambitious to take on such a project. It is frustrating to put yourself on a deadline and then have to toss shots because you don’t like them. With that being said, I really like the pictures that you posted.

    The picture « Well Sheltered » is my favorite. I can’t even explain what it is exactly that I like about it, except that I just like looking at it. I also think the black and white was a great choice. Rain is always so grey and dreary that it fits with the theme of the picture.

Laisser un commentaire