Le repos du photographe (de rue)

Publié le Publié dans balades hors saison, découverte de la photo

Photographier des gens dans la rue pour capter une scène ou un moment intéressants, c’est de plus en plus mon quotidien et j’aime ça. Mais faut pas croire, ce n’est pas de tout repos ! ça ressemble un peu (beaucoup) à un parcours de chasse : il faut avoir l’œil aux aguets, anticiper le bon moment, lever l’appareil et s’assurer que les réglages sont bons en une fraction de seconde, parce que la lumière change d’un endroit à un autre et parfois d’un instant à l’autre, essayer de cadrer à peu près correctement avant que l’instant décisif ne disparaisse. C’est un exercice qui procure de l’adrénaline, et surtout, c’est un grand plaisir quand on découvre un résultat qui nous plait. Mais parfois, c’est aussi un peu contraignant et fatiguant d’être en alerte en permanence.

Et puis, quand on n’habite pas dans une grande ville, à certains moments de la journée (genre un dimanche à l’heure du repas) autant chercher une aiguille dans une botte de foin : les rues se sont vidées, et le sujet principal de votre quête est en train de déjeuner tranquillou à la maison !

Dimanche, je devais accompagner mon fils en fin de matinée à la gare de Saintes , une petite ville à 30 kms de chez moi. La lumière hivernale était superbe, et en passant le long des quais de la Charente, nous avons remarqué que les dernières pluies avaient gonflé le lit de la rivière. Les arbres avaient les pieds dans l’eau, créant de jolis reflets.

Je suis donc repassée par là au retour, et j’ai flâné une petite heure le long de la berge, sachant qu’il n’était pas utile d’aller chercher du monde en ville à cette heure-là, autour de 13h.

Je n’ai peut-être pas rapporté les photos du siècle, mais qu’est-ce que c’était reposant de pouvoir cadrer tranquillement. Les arbres sont sympas, ils restent bien sagement à leur place.

J’ai pu jouer avec la lumière, en contre-jour, ou pas, j’ai testé différents cadrages, j’ai même pris le temps de capter des vues à peu près similaires, mais avec l’idée d’y appliquer des traitements ou des formats différents par la suite, j’ai essayé différentes profondeurs de champ, bref, j’avais l’impression de n’être plus en mode « chasse » mais plutôt randonnée paisible, voire pêcheur à la ligne ! (j’aurais d’ailleurs adoré en trouvé un, de pêcheur, mais quand je vous dis que c’était désert de chez désert… )

Je vous livre donc ces quelques vues que je n’avais pas préméditées, mais comme j’ai toujours l’appareil dans le sac, autant en profiter.

Et j’allais oublier : maintenant que j’ai une belle « lightbox », n’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les voir en plus grand format.

J’ai réussi à ne mettre aucun humain dans ce post, et ça a commencé par la gare : j’avoue que je me suis un peu inspirée des photos d’Anne 😉

Gare géométrique
Gare géométrique

 

Escalier symphonique
Escalier symphonique

 

Par ici la sortie
Par ici la sortie

 

Puis, voici quelques vues des arbres au garde à vous, malgré leurs pieds dans l’eau

Vue classique
Vue classique

 

Au garde à vous
Au garde à vous

 

Noir et bleu
En noir et bleu

 

Des racines ou des cimes
Des racines ou des cimes

 

Symétrie
Symétrie renversante

 

Délicatesse
Délicates

 

La trace de l'homme
La trace de l’homme

 

Sous le pont
Sous le pont

 

Signe de vie
Signe de vie

 

Coeur de pierre
Cœur de pierre

 

Transparence
Transparence

 

C’était une respiration en attendant d’autres sorties plus mouvementées ! J’espère que j’ai réussi à vous faire partager ce moment de sérénité.

19 réflexions au sujet de « Le repos du photographe (de rue) »

  1. Bien-sûr, toutes ces photos me parlent : les vues de la gare font partie de mon quotidien et la crue saisonnière de la Charente également. ¨Pour ce qui est du pêcheur, c’était hier que j’en ai aperçu vers l’Arc de triomphe. Mais c’est vrai que l’horaire n’était pas porteur !!!!

    1. Ah, merci Chantal 😉 J’étais sur que ça te parlerai, ces vues ! c’est sur que c’est moins trépidant que New York ! Le moment n’était pas choisi pour les gens (même à la gare, c’était très calme) mais en revanche la lumière était très belle. Cela s’est gâté l’après-midi…

    1. Merci ! ces escaliers représentent un violoncelle, en hommage à la fête de la musique classique début juillet. Cette illustration change chaque année, à suivre !

  2. Les effets de symétrie avec les arbres et leurs reflets sont superbes
    Des belles formes géométriques aussi …
    Chouette série ! Tu peux continuer à te reposer comme ça régulièrement

    1. Merci de ton passage et de ton gentil commentaire, c’est toujours rassurant, ce genre d’avis, surtout quand on fait autre chose que son style habituel…

  3. Merci pour la mention ! 🙂 C’est super, tu as un œil qui détecte les lignes et les courbes, pas que les gens ! :p J’adore les photos dans la gare, surtout « gare géométrique » et « par ici la sortie ».
    J’adore « des racines ou des cimes », elle métrite un encadrement, sublime ! Question qui n’a rien à voir, c’est normal que les arbres soient sous l’eau ? :O

    1. De rien Anne, c’est vrai que j’ai pensé à tes photos quand j’étais dans la gare
      J’ai hésité à renversé la photo « des racines et des cimes », mais en le faisant, j’ai tout de suite vue les cimes qui devenaient des racines.
      Pour les peupliers les pieds dans l’eau, ça arrive quand la Charente est en crue… et il suffit qu’il pleuve fort pour que ça arrive. J’avais pris des photos l’hiver dernier, (oups, l’avant-dernier hiver, déjà !) mais la lumière était toute grise, et ça ne rendait pas si bien… je viens d’en retrouver une sur flickr :
      https://www.flickr.com/photos/107982701@N02/12463358344/in/album-72157640933923335/

  4. Bonsoir Esther
    Ne pas s’inquiéter pour les peupliers ils aiment l’eau ils sont souvent plantés au bord des canaux et aiment avoir les pieds dans l’eau.
    Très belle série ces arbres dans l’eau très géométriques.
    Ma préférée la trace de l’homme elle est déstabilisante au début on ne la comprend pas on a l’impression de deux photos collées.
    J’aime bien ton intro sur la photo de rue et sur la tension qui l’accompagne d’être à l’affut prêt à déclencher juste au bon moment, à essayer de ne pas rater, le contraire de la promenade au bord de l’eau des vacances photographiques en somme.

    1. Merci Amor.
      Oui, on dirait que les peupliers continuent de bien se porter malgré les crues hivernales. Certaines rues de Saintes sont parfois inondées, et les maisons supportent moins bien…
      C’est tout à fait ça, des vacances photographiques !!

  5. I really like the new look to the website. The banner at the top is a nice color and goes well with the rest of the site.

    I loved “Escalier symphonique”. It looks much nicer than plain gray steps. My favorite has to be “Par ici la sortie”. Everything just works so well together. The shadow patterns on the wall and how the arrows are pointing in that direction, almost telling the viewer to look that way.

    The trees partially submerged in water is very peaceful and pretty and I loved the slight ripples in the water.

    1. Hi Tina
      I’m still looking for something better for the look of the website, even if I’m pretty happy with the result. I try to add a picture just under the header. I found a image widget plugin, and I’m trying to set it correctly !
      Thank you for the pictures. The stairs are pretty aren’t they ?
      Sometimes, it is nice to see just a peaceful place.

  6. Ces petites balades « pêcheurs à ligne » sont bien agréable n’est-ce pas?
    De belles symétries. j’aime beaucoup le cadrage de toutes tes images, même la vue classique est une invitation. Une mention spéciale pour sous le pont.
    Bonne soirée…

    1. Merci Pascal. Oui, c’était bien agréable et j’avais envie de vous le faire partager. Parfois, je chercher un sujet particulier pour un article, et ça ne vient pas, mais là, j’avais envie de parler de la différence d’état d’esprit selon le type de photo que l’on prend…

  7. Bonjour Esther,
    Belle série, très graphique, j’aime beaucoup les arbres qui se reflètent dans l’eau et cette belle lumière que tu as capturée dans la gare. Comme quoi le quotidien nous réserve souvent de bons clichés, pourvu que l’on ouvre l’œil.
    Alexandre

    1. Bonjour Alexandre,
      Merci de ton passage. Il vaut mieux avoir l’oeil pour le quotidien, sinon on ne sortirait pas beaucoup de photos 🙂
      J’ai retrouvé cette citation que j’aime bien :

      « Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange ». – Bill Brandt

Laisser un commentaire