La fascinante histoire du château de Foix

Publié le Publié dans balades hors saison, Voyages

On ne pouvait pas passer à Foix sans visiter son Château, The Château ! Comme vous l’avez vu dans l’article précédent, ce monument domine la ville et continue d’en faire la fierté.

Château de Foix
Tour de garde

Nous avons pu le visiter un dimanche après-midi, avec un jeune guide qui a su nous intéresser en nous en racontant la petite et la grande histoire, avec tout plein d’anecdotes rigolotes, malgré le passé plutôt « barbare » du lieu.

Château de Foix
Brrr !!!

Je ne vous dévoilerai pas toute l’histoire, d’abord parce que je suis bien incapable de résumer plus de mille ans de péripéties, mais aussi pour vous laisser le plaisir de la découvrir plus amplement, si vous y passez. En tout cas, ça valait le déplacement.

Château de Foix
On vous attend pour la visite !

Allez, quand même, je vais vous en dire quelques mots, histoire d’attiser votre curiosité (enfin, j’espère !)

L’époque médiévale

La construction de ce château médiéval remonte au début de l’an mil. Il n’était alors constitué que d’une unique tour, construite à l’endroit le plus élevé de l’éperon rocheux (pas bêtes, les architectes de l’époque !)

Sa situation le rendait en effet extrêmement difficile à assiéger. Au début du XIème (1200 et quelques, ne m’en voulez pas pour la petite imprécision) la croisade des Albigeois faisait rage : église Catholique versus hérétiques Cathares. Comme d’hab, cette chère religion est prétexte à se foutre sur la g… et à gagner du pouvoir. Le château appartient alors à de puissants comtes, et il résiste au siège des troupes de Simon de Montfort, un chef des croisés passé à la postérité qui mit la région de l’Occitanie à feu et à sang.

Il parait qu’on disait alors du château : « El castels es tant fortz qu’el mezis se defent » (le château est si fort qu’il se défend par lui-même). Aujourd’hui, les accès au château par des chemins escarpés ont été empierrés, mais à l’époque, ce n’étaient que d’abruptes sentiers étroits, de terre et de caillasses, que même un cheval avait du mal à grimper. Un fois bien installés là-haut, vous n’aviez pas intérêt à avoir oublié le pain 😉

Château de Foix
Plus facile à grimper qu’à l’époque

Gaston Phoebus (ou Fébus, selon les traductions) fut le dernier comte a avoir vécu au château dans la seconde partie du XIVème siècle. Un sacré phénomène, ce Gaston, batailleur, chef de guerre redoutable, administrateur retors, chasseur respecté, troubadour et écrivain à ses heures… et pas commode du tout avec sa famille. Il a aussi un sens inné pour profiter de la guerre et s’enrichir : en 1362, lors d’une bataille contre une maison rivale qui voulait lui disputer son cher Béarn, il fait enfermer un certain nombre de grands seigneurs du Sud-Ouest au château, et trouve la bonne idée de demander à leurs familles des rançons sonnantes et trébuchantes pour les faire libérer. Au bout de quelques mois, le petit pactole lui sert à réaliser de jolis travaux d’aménagement dans les différents châteaux qu’il possède, dont celui de Foix. Où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir, n’est-ce pas ?!

Château de Foix
Colimaçon carré

La troisième tour du château fait partie des derniers « petits » travaux d’agrandissement : Cette tour ronde fut d’emblée conçue comme un bâtiment destiné à une résidence très confortable (pour les critères de l’époque) : fenêtres largement ouvertes, cheminées et conduits indépendants sur quatre étages, latrines avec conduit d’évacuation, plafonds voûtés. On ne se refuse rien.

Une petite garnison 

Pourtant, le château est vite délaissé, et transformé en une caserne dans laquelle quelques soldats s’ennuient ferme tout au long du XVIème siècle.

Château de Foix
Une petite guerre pour s’occuper, please !

Comme beaucoup de châteaux Cathares, celui de Foix a bien failli disparaître : Richelieu, qui voyait d’un mauvais œil ces bâtiments devenus trop coûteux, et qui pouvaient redevenir des foyers de rébellion décida d’un « ordre de rasement » (1632-1638) qui fut fatal à une dizaine de châteaux dans la vallée de l’Ariège. Une bonne petite guerre de plus, contre l’Espagne cette fois, permis de retrouver un intérêt à l’édifice, et l’ordre de démolition a (heureusement pour nous) été oublié.

Château de Foix
Traduction simultanée

Une prison bondée 

À partir de la fin du XVIIIème, et jusqu’en 1864, le château fut entièrement transformé en prison. Et c’était la crise du logement là-dedans : jusqu’à 200 prisonniers au milieu du XIXème siècle, qui s’entassaient dans la tour ronde. Quand on le visite, on se rend compte des conditions assez terribles d’exiguïté de leur détention. On peut observer avec émotion les graffitis laissés sur les murs…

château de Foix
Epoque prison

Médiéval revival 

A la fin du XIXème siècle, le regain d’intérêt pour le moyen âge permet une nouvelle fois de sauver ce patrimoine : le château est enfin classé Monument Historique et restauré sous la direction de Paul Boeswillwald, ancien collaborateur de Viollet-le-Duc. Et on peut dire qu’il n’y est pas allé de main morte : les ajouts au fil des siècles, comme le grand réfectoire des prisonniers, ont été détruits pour « revenir au monument médiéval ». C’est aussi à ce moment-là que le haut de l’une des tours a été coiffée d’un toit d’ardoise – pour le coup pas du tout médiéval – qui fait plutôt penser aux châteaux féeriques à la Disney.

Château de Foix
La tour « Disney »
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Cours d’histoire

Depuis les années 30, le château est un musée départemental. Il accueille des collections d’arme de guerre médiévales, et des vestiges du cloître Saint-Volusien, aujourd’hui disparu.

Château de Foix
Dentelles de fer
Château de Foix
Bataille stylisée

La vue, tant du haut des tours que par le chemin de ronde, est superbe.

Vers les Pyrénées et au delà
Vers les Pyrénées et au de-là
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
En attendant la relève…

J’ai pioché ces informations dans plusieurs sites :

L’imprenable château de Foix,  Le Château de Foix sur Wikipédia Gaston Fébus 

Et j’en passe…

Voilà, j’étais partie pour vous montrer quelques photos, et je finis par un résumé de 10 siècles d’histoire. J’espère que je ne vous ai pas trop ennuyé avec ces bribes d’histoire 🙂

16 réflexions au sujet de « La fascinante histoire du château de Foix »

  1. Finalement un grand classique de l’histoire que ces sortes de châteaux délaissés; abandonnés; voués à la destruction puis réutilisé en prison (beaucoup au XIXème siècle). Ça me fait penser à une série de photos de Ignacio Evangelista sur les postes frontières en Europe témoin d’un passé très proche mais qui eux aussi vont disparaitre sauf si…
    J’aime bien en attendant la relève un très beau cadre, la tour Disney et le panorama.
    Ma préférée la meurtrière avec la lumière aveuglante.

    1. Un grand classique, mais pour nombre d’entre eux, ils ont été détruits il y a bien longtemps, les pierres ayant été volées pour servir de fondations ou autre. En tout cas dans la région. Je ne connaissais pas le travail de Ignacio Evangelista. Pas sûr que ça ne réapparaisse pas…
      La lumière dans le château était intéressante, rasant les murs, avec leurs graffitis.

  2. Ah, il est super ce château ! J’aime beaucoup son style, et son histoire est très intéressante, quoique sûrement pas unique. Mais qu’il soit encore là parmi nous est heureux hasard et c’est tant mieux.

    J’aime beaucoup « Brrr » et « Colimaçon carré » ! De beaux noirs et blancs bien contrastés. « Une petite guerre pour s’occuper, please », superbe également, une lumière pile au bon moment !

    Les graffitis des prisonniers sont très intéressants et chargés d’histoire. La tour Disney, pas mal, et c’est clair que ça fait bizarre avec des pierres comme ça !

    « Bataille stylisée » a une belle compo. Et j’aime beaucoup « en attendant la relève » !

    Belle découverte photographique et historique !

    1. Merci Anne. J’ai un peu galéré pour résumer des informations historiques assez disparates ou très touffues, et je suis assez contente d’avoir pu synthétiser l’affaire, tout en me souvenant des anecdotes du guide. Les photos sont plus un support pour raconter l’histoire, mais j’ai quand même essayé de m’appliquer 😉
      J’avoue que je m’inspire de tes articles de la catégorie voyage, j’aime bien les lire, je me dis que ça peut intéresser d’autres personnes, qui ne sont pas au départ fans de photos, comme nous !

  3. Merci pour cette belle visite ! Tu as l’art de faire parler les vieilles pierres d’une bien belle manière 🙂
    Je suis fan de la photo en noir et blanc « on vous attend pour la visite » et également celle du « colimaçon carré »
    C’est réussi: Tu m’as donné envie d’y aller !

    1. Merci Lounamai. Contente que cela t’ai donné envie de faire la visite. Le guide du château est vraiment sympa et intéressant… et charmant, ce qui ne gâte rien 😉

  4. Tu racontes très bien, moi j’étais prise dans l’histoire ! 🙂 Roh, merci pour l’inspiration, même si je fais de mon mieux et que je trouve que parfois je m’égare ou ne synthétise pas toujours très bien. Je suis loin de faire des carnets de voyage comme Madame Oreille, un jour peut-être … :p

    1. Mme Oreille est une référence, pour les récits de voyage, c’est sûr. Mais tu t’en sors très bien, ne change rien à tes récits, ils me plaisent beaucoup, car personnels et agréables à lire.

  5. Maybe it’s just google translate translating wrong but I see a little curse word in this post. It’s my favorite curse and it begins with an « f ». Esther cursing? Mon Dieu! ;P

    I really liked reading the history of the area. It made the images that much more powerful and meaningful. Great post and pictures!

    1. No, Tina, google translation is not wrong ! I really used a little curse word beginning with an « g », ahah ! « se foutre sur la g… (gueule) means « fighting » in a slang laguage..
      Thank you for reading the whole post, I know it’s not easy with google translation…

Laisser un commentaire