High Line, le jardin suspendu de New York

Publié le Publié dans New York 2014, Uncategorized, Voyages

La High Line, vous connaissez ? quand je l’ai découvert il y a quelques mois, je la confondais encore avec la Skyline, qui n’a rien à voir ! la skyline, c’est la ligne que forme l’ensemble des gratte-ciel de Manhattan :

La High Line, qu’on peut traduire par « la voie élevée » (mais ça sonne mieux en anglais, non ?) ou plutôt  « le jardin suspendu », compte-tenu de sa fonction actuelle, a une belle histoire, que je m’en vais vous conter. Il était une fois…

IMGP6731

Allez, pas d’inquiétude, je vais essayer de résumer environ 100 ans de péripéties, sinon, vous allez décrocher !

La High Line était à l’origine une voie ferrée, surélevée d’une dizaine de mètres au-dessus du sol. Elle a été construite entre 1929 et 1934. (Comme beaucoup de buildings et d’innovations, elle date donc des années 30. Quand on pense que le crack boursier et la crise de 1929 est passée par là, on se demande ce que ces Américains auraient réalisé sans la plus grande crise économique du XXème siècle, non ? Plutôt que de se lamenter, ils ont lancé un grand programme de construction sous l’égide du maire de New York de l’époque, Fiorello La Guardia, pendant que leur président Franklin Roosevelt faisait de même au niveau du pays… )

Parenthèse refermée, la High Line a été construite pour remplacer les voies ferrées tracées à même la rue depuis le milieu du XIXème siècle. Je ne vous dis pas les embouteillages entre locomotives, carrioles, passants et automobiles toutes récentes. C’est bien simple, on appelait la XXe avenue, où se croisait tout ce beau monde : la « Death Avenue » (l’avenue de la mort).

Crédits Friends of the High Line

Les « West Side Cowboys » étaient employés par la ville pour chevaucher devant les trains et dégager les piétons …
Ci-contre une photo via le site Friends of the High Line 
La High Line permettait donc aux trains de marchandises de desservir les premiers étages des entrepôts, entre Gansevoort Street et la 34ème rue, soit une vingtaine de blocks.
C’était le règne du chemin de fer, qui a peu à peu décliné au profit du trafic routier, des voies rapides et des « big trucks ».
 Dans les années 50-60, les trains ne circulaient déjà presque plus et la partie sud de la voie a même été démolie. 

Ça y est j’ai perdu une partie d’entre vous ! pour ceux qui restent, on s’approche du but ! le dernier train passe en 1980, et la structure est totalement abandonnée, livrée à dame nature, qui a horreur du vide, et qui envahit les rails d’herbes et de fleurs sauvages.

highline0020

Dans les années 90, le maire Rudolph Guiliani fait voter sa démolition, nous ne sommes donc pas passé loin de la disparition de ce lieu. Mais c’était sans compter sans la volonté des habitants du quartier : l’association « les amis de la High Line«  s’est battue pour conserver cet endroit et a obtenu gain de cause avec le maire suivant, Michael Bloomberg. Grace à des dons privés et des financements de la ville, la High Line est préservée et transformée en promenade « verte ». Ouverte en 2009, elle a été prolongée par un nouveau tronçon en juin 2011 et une dernière section à été ouverte… la veille de notre arrivée, le 21 septembre 2014 ! Nous nous devions donc d’aller l’inaugurer, non ? En tout, 2,3 kms de balade, qui attire largement autant les New Yorkais que les touristes, surtout le week-end.

Bon, concrètement, elle est où, cette High Line ?!

Maintenant que vous connaissez (presque tout), un petit aperçu de notre agréable balade.

IMGP6658

IMGP6721Nous sommes parties de Chelsea Market, et avons remonté toute la High Line vers le Nord. Résultat, nous en avons manqué un petit bout au sud, vers West Village, ce que nous devrons absolument faire dans un prochain voyage !

Vous vous souvenez comme je vous avais mis l’eau à la bouche avec nos petites emplettes dans les délicieuses boutiques du Chelsea Market ? Nous avons rapidement trouvé un petit coin de paradis pour déguster notre pique-nique : une longue banquette de bois, juste ombragée ce qu’il faut par des arbustes nous séparant un peu de la déambulation des passants, avec, derrière nous, une jolie vue sur l’Hudson River…

Nous voilà prêtes pour attaquer la suite de la visite (au fait, comme tous les parcs de New York, elle est gratuite). Première étape, et non des moindres : la High Line s’arrête brusquement, comme tranchée nette par un mur de verre, qui donne juste au dessus de la 10ème avenue et de sa circulation à sens unique. Des bancs permettent de s’installer comme si nous étions devant un écran géant : étonnant !

highline0003Notre chemin nous mène le long des voies de chemin de fer qui restent encore bien visibles à certains endroits, à travers les graminées et les plantes soigneusement entretenues par la collaboration entre les services de la ville et les amis de la High Line. De chaque côté de la promenade, les anciens entrepôts de briques ont été rénovés, et d’autres bâtiments plus modernes ont poussés dans les années 2000.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La foule est dense en ce samedi après-midi. Malgré tout, certains font une pause au soleil, sans se soucier des promeneurs…

Ici ou là des tags, des panneaux publicitaires, ou des peintures murales dont le célèbre baiser revisité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

IMGP6703

Plus loin, le 3ème tronçon est flambant neuf, l’asphalte semble encore chaud entre les planches brutes, qui laisse la part belle à une friche verte qui semble sauvage, mais qui est savamment organisée par des architectes paysagistes.

La High Line forme ici une large courbe qui passe au dessus d’un immense alignement de trains dont l’aluminium brille au soleil.

highline0017

IMGP6742Des bénévoles vendent des petits souvenirs et sont surtout à la disposition des promeneurs pour expliquer l’histoire de la High Line, aidés par de grands panneaux didactiques. Le soleil tape dur en ce samedi après-midi, et le vendeur de glace fait des affaires. L’esquimau sorbet ananas avec de vrais morceaux de fruit est un délice !

Nous finissons ainsi la balade sur ce parc original, et nous nous reposons un moment avant de replonger dans la circulation du quartier de Hell’s Kitchen, où les hauts building côtoient de petits jardins entretenus par des habitants amoureux des plantes.

New York, la ville des contrastes, toujours !!

P.S. Un grand merci aux différents sites qui m’ont aidé à rédiger cet article dont : Bons plans voyage à New York, Friends of the High Line, Jardins merveilleux, Partir à New York, et un bon article du Monde

7 réflexions au sujet de « High Line, le jardin suspendu de New York »

  1. Bonsoir Esther;
    Très instructive ballade sur haute ligne. L’origine de la construction est originale, je ne crois pas qu’en Europe on se soit amusé à construire les voies de chemin de fer directement sur les routes; la planification ou plutôt l’absence de planification (leur constitution encore?) m’étonnera toujours. Cette fois ci pas d’idée d’article, je l’ai déjà fait. C’est justement une série que j’avais prise sur la Petite Ceinture parisienne qui m’avait incité à faire mon site pour la présenter en détail. http://www.la-ligne-claire.fr/la-petite-ceinture/
    A Paris on la Petite ceinture et la coulée verte (ancienne ligne SNCF de la Gare de la Bastille),depuis un moment, après Miss Liberty que de similitudes…
    Mais les Tags sont nettement mieux à NY. Très belle série de photos. Belle trouvaille le cowboy; les vues sur les bâtiments sont sympas et celle sur les trains étonnante. Les minis châteaux d’eau toujours rigolo.

  2. Bonsoir
    Superbe promenade en haute ligne. Belle trouvaille que cet aménagement sur des voies de chemin de fer. C’est très américains d’avoir au départ construit les voies sur les routes. Excellent le cowboy et la loco. Cette fois ci j’avais fais l’article avant (tu copies); à Paris on a pareil http://www.la-ligne-claire.fr/la-petite-ceinture/
    Bon on a pas d’aussi jolis tags et il y a moins de belles vues comme celles sur les bâtiments, les réservoirs, la route et celle que je préfère les wagons (on dirait des maquettes).

  3. Bonsoir, Amor. C’est vrai que tu avais écrit cet article sur la petite ceinture de Paris, ça me revient maintenant. Si j’ai bien compris, c’est dans le 15è ? car j’ai aussi vu une « coulée verte » ou « promenade plantée » dans le 12e, ce n’est pas la même ? en fait ces américains n’ont rien inventé, même Central Park est copié sur Le bois de Boulogne !
    Je viens de voir que tu n’as pas non plus perdu de temps sur ton blog avec ton dernier article « scènes en Seine ». J’y retournerai plus tard pour un petit commentaire.

    1. Bonsoir Esther.
      Deux commentaires pour le prix d’un des fois ça bug. La coulée verte c’est une ligne qui partait de la place de la Bastille du temps où il y avait une gare maintenant c’est l’Opéra. La petite ceinture c’est tout le tour de Paris comme le périphérique.
      bye.

Laisser un commentaire