Elliott Erwitt

Publié le Publié dans Citations de photographes

« Certaines personnes pensent que mes clichés sont tristes, d’autres pensent qu’ils sont plutôt drôles. Mais au final triste et drôle, n’est-ce pas la même chose ? »  Elliott Erwitt

Elliott Erwitt , New York, 2000

Quand j’ai posté cette photo sur flickr, et que Thierry m’a laissé comme commentaire : « tu fais concurrence à Elliott Erwitt ! », j’ai été très touchée, car j’avais en tête une petite idée du travail de ce photographe qui a passé sa vie à capter l’ironie du quotidien (en plus de nombreux portrait de célébrités). Je me souvenais de certains clichés avec des chiens et des hommes, tel que celui-ci :

Elliott Erwitt, New York, 1974

En fait, l’oeuvre d’Elliott Erwitt est immense. Il a publié une vingtaine de livres de photos, et a bien sur été exposé dans le monde entier. Il sera d’ailleurs à l’honneur de la Sony World Photography Awards 2015, qui se déroulera à Londres du 24 avril au 10 mai 2015 : Expo à la Sommerset House.

J’ai écumé les sites qui lui sont consacrés dont l‘officiel . On y trouve dans le portfolio différents thèmes, qui ont tous un intérêt, mais j’aime particulièrement (vous vous en doutiez, non ?!)  la série « instantanés ». On y trouve aussi une petite interview qui résume bien son « esprit ».

Elliott Erwitt, New York, 1955

j’ai également trouvé d’occasion le livre du même nom : « instantanés », que je viens de recevoir. Un gros pavé, avec quantités de clichés sur plus de 500 pages !

La préface est de Murray Sayle, un journaliste qui a rencontré Elliott Erwitt en 1977, à l’occasion d’un reportage au Japon, et avec qui il est resté ami. Il reprend la biographie du célèbre photographe, et évoque sa façon de travailler. En résumé, il explique qu’en dehors des missions qui permettent à Erwitt de vivre et de voyager, il s’adonne tout au long de sa vie à la photographie « de loisir ». On sait que la photographie de rue tient en partie à la chance. Parfois, il faut juste un peu forcer le hasard. Eliott Erwitt remarquait une scène qui pouvait avoir du potentiel, il disait : « je tiens quelque chose, là », et sortait son Leica pour quelques clichés alors que le ou les sujets approchaient, et ne se rendaient compte de rien le plus souvent.

IMGP0088 - Copie
Royan, mai 2014

A propos du noir et blanc (toutes les photos de ce livre le sont), j’ai trouvé dans cette préface une réflexion et une analogie qui me plaît bien : « Nicéphore Niepce a découvert quelque chose avec la photographie en noir et blanc, une façon de parler simplement et directement à notre mémoire. La radio pour les yeux, en quelque sorte ». 

La présentation du livre est écrite par Charles Flowers, qui explique le découpage du livre en   9 chapitres, et non par ordre chronologique. Des correspondances entre des photos de différentes périodes de la vie d’Erwitt permettent des jeux visuels, même si chaque image se suffit à elle-même.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Royan, janvier 2015

Avant de retourner dans la rue, je vous laisse pour me plonger dans l’univers d’Erwitt… si vous voulez, n’hésitez pas à poster un commentaire avec une photo « à la manière d’Elliott Erwitt » 😉

12 réflexions au sujet de « Elliott Erwitt »

  1. Très intéressant ! Je dois dire que je lis beaucoup d’articles techniques et artistiques, mais moins sur des grands noms de la photo, ce qui fait qu’au final, je ne connais pas beaucoup de noms de photographes célèbres, merci de m’instruire et pour cette sélection très intéressante !

Laisser un commentaire