Du musée d’Orsay à Star Wars

Publié le Publié dans balades hors saison, découverte de la photo, Paris

Reprendre le fil de nos balades parisiennes de début novembre n’a pas été facile. Mais ce serait dommage de ne pas retrouver ces bons moments.

Hormis les photos liées aux thèmes de novembre du Monthly Challenge, que je vous ai montré ici, il me restait quelques vues hétéroclites, que je vous invite à partager lors d’une balade qui va du Musée d’Orsay aux Galeries Lafayette, d’une expo sur les femmes photographes aux figurines de Star Wars. Il y en a pour tous les goûts !

Orsay en ligne
Orsay en ligne

Ce vendredi-là nous avons commencé la journée par le Musée d’Orsay. Après avoir testé le déplacement depuis la banlieue en voiture (à fuir !) nous avons choisi le RER après le rush du matin, le musée n’ouvrant qu’à 10h. L’occasion d’observer nos voisins de trajet. Impossible de résister à ce coup d’œil dans le miroir. J’entends déjà Tina pester contre les femmes qui terminent leur maquillage en public, mais pour un instantané photographique, c’était parfait !

Mon E-M5 discret a fait son boulot :

Coup d’œil
Coup d’œil

Et si vous agrandissez la photo (un petit clic dessus puis un autre) vous pourrez voir la légende sur le miroir, et c’est plutôt drôle.

Nous voilà arrivées au Musée d’Orsay. Petit conseil : n’hésitez pas à réserver votre billet.

Coupe-fil assuré, on se sent VIP à passer devant tout le monde (entrée C) dépassant allègrement les queues déjà bien longues. Et contrairement à certains musées qui obligent à choisir le jour, voire l’heure de la visite, ce billet est valable trois mois.

Galerie du musée
Galerie du musée

Je ne sais pas où vous en êtes dans vos cadeaux de Noël, mais offrir l’entrée d’un musée peut être une bonne idée, non ?

Je ne vous ferai pas la visite complète du Musée, nous avons longuement flâné dans les allées, où les statues et les tableaux sont merveilleusement mis en valeur par l’architecture.

Géométrie d'escalier
Géométrie d’escalier

Après ce petit tour d’horizon, nos chemins se sont séparés : mon accompagnatrice est allée visiter toute l’aile consacrée aux chefs-d’œuvres des impressionnistes, (que j’avais déjà exploré en détail lors de ma précédente visite il y a deux ans), pendant que je me concentrais sur l’expo : « Qui a peur des femmes photographes »

J’ai pris mon temps pour découvrir cette exposition très dense (près de 100 photographes), passant vite sur certaines et m’attardant sur d’autres. Comme il était interdit de photographier (eh, oui, ça arrive encore…) je ne pourrais que vous faire partager mes coups de cœur via quelques sites. Je connaissais quelques artistes comme Bénédicte Abbott, Diane Arbus, Germaine Krull, Dorothea Lange, et d’autres (promis, je ne vous cite pas les cents !) mais j’ai découvert quelques photographes intéressantes :

Margaret Bourke-White  plutôt orientée vers le photo journalisme, mais avec un excellent sens de la composition et des scènes fortes.

Bourke-White
Margaret Bourke-White
Bourke-White
Margaret Bourke-White

« Aucune image n’est pour moi sans importance »

« Belle, téméraire, casse-cou et n’ayant peur de rien, envahissante, elle est une pionnière du photo-journalisme. Elle va en fixer les dogmes et les codes, se servant de cadrages audacieux, des prises de vue au cœur de l’action » Esprits nomades, extrait. 

Madame Yevonde, qui illustre l’affiche de l’expo avec ce magnifique portrait couleur datant de 1932.

Madame Yevonde,Portrait de Joan Maude,© Yevonde Portrait Archive

 Le portrait n’est pas mon genre favori, mais je suis bluffée par les couleurs, qui étaient peu utilisées à l’époque.

Florence Henri : elle fait partie des photographes du mouvement d’avant-garde des années 20, comme Germaine Krull. C’est étonnant d’ailleurs de constater la modernité de cette période, comparée aux photographies « humanistes » des années 50, comme Doisneau ou Willy Ronis par exemple.

Florence Henri, la femme à pois

Je pourrais continuer ainsi, mais l’exposition Qui a peur des femmes photographes ? 1839 à 1945 est ouverte jusqu’au 24 janvier 2016, alors si vous avez une demi-journée de libre, n’hésitez pas !

Revenons à notre vendredi parisien bien rempli. Après le musée d’Orsay, direction les grands magasins du Boulevard Haussmann via le jardin des tuileries…

Les articles de luxe, les modèles de créateurs et les parfums ne sont pas à portée de toutes les bourses aux Galeries Lafayette, mais c’est un plaisir pour les yeux…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Coupole de Noël

J’avoue, j’ai remballé l’appareil photo pour admirer les tenues originales des créateurs (et je doute qu’on m’ait laissé déclencher, les vigiles étant à l’affût). Je n’ose imaginer comment c’est depuis le 13 novembre…

Pendant que ma sister engrangeait dans sa tête des quantités d’idées couture, je me suis amusée à prendre en photo les personnages de Stars Wars, revisités par des designers :

orsay0002
Star Wars revisité

C’était amusant de voir en arrière-plan l’animation de la rue…

Nous avons terminé notre journée par une dernière pause sur le pont Saint-Michel, avec Notre Dame en point de mire, et nous sommes reparties dans les entrailles de la capitale, fatiguées mais ravies…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dernier regard
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Station bleue

5 réflexions au sujet de « Du musée d’Orsay à Star Wars »

  1. Un beau périple Orsay, Haussmann, RER.
    J’avais vu Florence Henri au Jeu de Paume au printemps, l’avant guerre a été un champ infini d’expérimentation (le surréalisme était à son apogée), elle a beaucoup joué sur les compositions géométriques avec de reflets etc… Le portrait de l’affiche est magnifique. Margaret je connais le nom je vais aller voir les photos.
    La photo de l’escalier est impressionnante j’aime beaucoup.
    Mes préférées bien sur la maquilleuse et les jeunes au bord de la Seine. Les figurines Star Wars aussi. On pourrait faire un article rien que là-dessus j’en ai plein en stock.
    La coupole j’ai la même et j’ai vu celle de photoquai, on s’est suivit.

    1. Merci Amor. On a fait les même circuits à quelques jours d’intervalle, c’est vrai. Margaret Bourke White est intéressante, ça vaut le coup d’oeil. Elle a aussi fait des photos de lieux urbains, voire d’usines, c’est pas mal…
      La maquilleuse, bon titre !

  2. Ah les femmes photographes, je vais peut-être me laisser tenter …

    Il y a beaucoup de photos géométriques et bien graphiques au musée d’Orsay, ça a l’air d’être un terrain de jeu ! 🙂

    « Orsay en ligne » est tout simplement magnifique, tu as eu raison d’en faire un agrandissement !

    La femme qui se maquille, pas mal le petit trait d’humour ! Le matin j’en vois plein se maquiller la semaine, je ne sais pas comment elles font vu comment ça bouge (je prends des petits gris, des vieux machins d’il y a plus de 60 ans) ….

    « Géométrie d’escalier », superbe, je suis fan !

    J’aime beaucoup « regard en ligne » et « pont romantique » ! Ce petit moment intimiste, bien retranscrit en noir et blanc.

    A l’intérieur du musée d’Orsay tu étais en combien d’iso ? Tu as du monter pas mal, je trouve qu’il y a pas mal de grain. Est-ce peut-être la période où tu post-traites sans Lightroom et son phénoménal traitement du bruit … ?

  3. Lololol!! You know me too well. It is a very nice shot. I like how a little bit of light is reflected from the mirror to just under her eye and next to her nose. I also like how you can see her fingers reflected onto one of the frames of her sunglasses.

    I like how in the shot of all the people sitting by the water you have that one woman making direct eye contact. It’s a nice contrast to the rest of the people who have their backs to you.

Laisser un commentaire