Du côté de la Tate Modern

Publié le Publié dans Londres avril 2015, Voyages

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAprès les couleurs de Camden Town, on traverse tout Londres du Nord au Sud d’un coup de métro pour se retrouver sur la rive sud de la Tamise, et on longe Queen’s Walk à partir de Waterloo Bridge vers l’est. De gros nuages s’amoncellent  et bientôt une énorme averse nous tombe dessus, nous avons juste eu le temps de mettre à l’abri de la galerie de la OXO Tower, avec vue sur le Blackfriards Bridge…

Blackfriard's bridge
Blackfriards bridge

queen's walk

 Quelques minutes plus tard, le soleil revenait, nous offrant de jolies ombres du pont suivant, celui sur lequel passe les trains… A cet endroit, la berge ressemble à une petite plage.

Selfie Londonien !
Selfie Londonien !
queen's walk
Une invitation ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après la pluie...
Après la pluie…

Tout ça nous mène tranquillement vers la Tate Modern, le musée qui regroupe des oeuvres contemporaines dans une ancienne centrale électrique. De la brique noircie, une immense cheminée d’usine, l’extérieur n’a rien de terriblement attirant… d’ailleurs, nous avons failli louper l’entrée ! en revanche l’architecture intérieure vaut le détour, même si vous n’êtes pas fan d’art contemporain… les galeries s’échelonnent sur quatre étages, autour de l’ancienne salle monumentale des turbines, reconvertie en un hall d’expositions temporaires, haut de 35 mètres !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tate Modern and the kids
Tate Modern and the kids

Quand même, nous étions venus pour voir quelques oeuvres, mais l’art moderne est assez hermétique, à moins d’être initié… certains visiteurs étaient sans doute aussi dubitatifs que moi…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’accès du musée est gratuit, comme beaucoup de musées à Londres, même s’il est conseillé de laisser un don de 4 £. Cela permet de survoler les salles pour se faire une idée. La mise en scène des oeuvres est assez déroutante : elle n’est pas chronologique mais par thèmes, et les titres ne sont pas forcément des plus explicites : Poetry and dream, Making traces, Energie and process, Structure and clarity… on ressort de tout ça avec des sensations, mais je m’y suis si bien perdue que je n’ai pas retenu grand-chose. C’est à faire avec en préalable une bonne (ré)vision de l’art du 20ème siècle. j’avais visité Le Musée National d’Art Moderne à Beaubourg l’année dernière, que j’avais trouvé beaucoup plus accessible.

J’ai quand même du être influencée par ce que j’ai vu : en sortant de là, je voyais non pas des rues, et des bâtiments, mais des lignes et des couleurs !

Mondrian ?
Mondrian ?

En fait, il s’agit d’un immeuble en construction du côté du Guy’s Hospital, un grand hôpital universitaire autour duquel on s’est bien perdu ! il se situe près de The Shard, un des plus récents et plus hauts buildings de Londres, dont la forme en « aiguille » est caractéristique. Comme j’étais tout près, je l’ai volontairement « écrasé » 😉

The Shard écrasé !
The Shard écrasé !

Mais si vous voulez, je l’ai aussi en plus classique…

the sharp
The Sharp

La journée était bien remplie. Nous l’avons terminé par un petit resto… Napolitain, juste en bas de notre hébergement. Une vraie ambiance italienne, avec de charmants serveurs 😉 c’est comme si nous avions pris l’avion pour le sud de l’Italie juste pour la soirée… pas très british, mais très agréable.

italien

La prochaine fois, on attaque… Notting hill et Portobello !

Une réflexion au sujet de « Du côté de la Tate Modern »

  1. Ah, l’art moderne ! Ses voies sont parfois impénétrables ! lol Tes noirs et blancs sont superbes ! J’adore tout particulièrement la vue d’en-dessous du pont où passent les trains, « après la pluie » et « une lumière étonnante » !

    1. Merci, Anne. J’étais en plein contre jour dans le grand hall, et c’était fascinant de voir les ombres des passants dans ce « carré » de soleil. Mon accompagnateur était épuisé de la journée et récupérait dans un canapé confortable, j’en ai profité pour me poser à ras du sol et regarder la scène à travers l’objectif…

  2. Magnifiques Noirs & Blancs ! En particulier « après la pluie » avec ce jeu de gouttelettes, de lignes et d’ombres
    J’adore ta série sur les comportements dubitatifs des visiteurs du Tate Modern
    Excellent !

    1. Merci Lounamai, la lumière est toujours belle après la pluie, quand le soleil revient… et je me suis bien amusée avec les visiteurs du musée ! ça manquait parfois de lumière à l’intérieur.

  3. That first picture of the bridge with the dark storm clouds above it is incredible. It must have been interesting to see the downpour from the safety of some kind of shelter from the rain.

    “After the rain…” is another good one. You definitely have an eye for interesting angles. I like how you can see the man, his shadow and his hand hanging over the edge of the railing. It almost looks like someone else is there with him. Or maybe there was someone else there.

  4. The light from the shelter was stunning and changing. And we were at the good place…
    I don’t remember if there was only one man on the bridge in « after the rain », I think there is two people behind him… I liked the shadows and the drops of water in the light.

  5. Très sympa cette balade, les berges de la tamises sont toujours aussi accueillantes, (bottes conseillés) j’aime beaucoup le gars en bas avec son siège qui t’invite.
    Belles lignes du pont avec deux piliers inutiles.
    Ces expositions ou musée d’art contemporain nous influence sur le plan esthétique, c’est déjà bien même si le concept peut nous échapper (si on n’explique pas on peut pas deviner).
    Ce que je préfère évidemment les jeux d’ombres et lumière de la Tate et les enfants sur le sol.
    On attends la suite…

  6. Je n’ai toujours pas compris à quoi servait ces piliers à côté du pont…
    Quant à la Tate Modern, je conseille de visiter ce musée le matin, l’esprit frais et dispo, et après avoir lu un guide culturel : comme toutes les oeuvres sont mélangées, le jeu peut être de retrouver vos artistes favoris en arpentant les 4 galeries ! sinon, la lumière du soir tombant des grandes baies vitrées très hautes de l’une des entrées, (celle de la « salle des Turbines » donnant sur Holland Street) est photogénique…

  7. Another lovely post esther, where I follow your words with the help of Google Translator, not the best.

    My faourite shots are the ones where the man are looking at the art and scratching their heads. That is exactly how I feel about most modern art!

  8. I know Google translator is not the best, when I try it to translate your posts, it’s always weird.
    Modern art is not for the average people. Sometimes you can be impressed by the colors or the shapes, but you need to study it before… I am like the men in my pictures !!

Laisser un commentaire