Dans la brume en série

Publié le Publié dans balades hors saison, Séries

Le 11 novembre, jour de commémoration, avant les terribles événements du 13, la brume du matin avait tout recouvert. Cette lumière mystérieuse m’a donné envie de prendre l’appareil, de la plage jusqu’au port. Ce parcours que je connais par cœur prenait ainsi un tout autre aspect.

Sortie de port
Sortie de port

Peu de gens se baladaient, mais assez pour prendre quelques images. Les mâts des voiliers disparaissaient,

Mâts géométriques
Mâts géométriques

les mouettes et cormorans avaient investi les plots d’amarrage, les pêcheurs amateurs sortaient du port, des amis, amoureux, ou solitaires profitaient du silence de ce matin là.

Brume amoureuse
Brume amoureuse

J’ai pris le 40-150 pour rapprocher les plans au zoom. Il a fallu ajouter un peu de contraste et renforcer la lumière au post-traitement, mais pas trop, pour garder cette ambiance brumeuse.

Sur le quai

J’avais un peu en tête les séries que j’avais vu sur chronoshooting et je me suis dit que ce brouillard pouvait donner une unité et une ambiance particulière.

J’ai tourné dans tous les sens mes images pour en garder 9…

collage4

… ou 4

collage brume 2

 … ou 6

collage5

Ou en noir et blanc avec un petit virage sépia

collage6

Bref, il y avait de quoi faire. La brume, en effaçant les détails, m’a permis ces petites associations d’images…

Seule ou à deux
Seule ou à deux

Habituellement, je fais au moins une sortie photo par semaine. Mais là, je suis un peu à sec d’inspiration… c’est passager, ça va revenir. Je vous laisse donc en espérant vous retrouver bientôt avec de nouvelles photos toutes fraîches.

12 réflexions au sujet de « Dans la brume en série »

  1. Ce brouillard est superbe, une très belle occasion de faire d’autres types de photo, et comme le brouillard épais à ce point est assez rare, c’est d’autant plus une occasion à saisir !

    J’aime beaucoup « mâts géométriques », « sur le quai » et la photo avec le panneau interdit aux chiens ! Les planches sont très jolies, la « Chronoshooting » est très bien structurée !

    Pour la version sépia, je suis un peu moins fan, j’aime bien le blanc du brouillard, mais l’essai valait le coup évidemment, c’est tout de même très joli, ça fait un bel effet !

    « Seul ou à deux » a une très jolie ambiance, elle porte très bien son titre !

    PS : Tes images ne s’ouvrent pas en grand quand on clique dessus …

    1. Merci, Anne. J’ai tellement manipulé ces images que je finissais par ne plus voir ce qui me semblait le mieux. Il faut « laisser reposer » un peu pour y voir plus clair.
      Pour les images qui ne s’ouvrent plus, j’avais remarqué sur certaines, mais je ne comprends pas pourquoi, je n’ai rien changé… je vais essayer de voir d’où ça vient…

      1. Ah, j’ai trouvé pourquoi mes images ne s’ouvraient pas : d’habitude, elles sont liées à « fichier média », mais, là va savoir pourquoi ça avait changé, elles étaient liées à… « aucun » ! je l’ai modifié pour cet article, mais il faut que j’y travaille pour les 3 précédents, pfff !

  2. Une très belle série !
    Le brouillard permet d’être plus créatif et de suggérer plus que de montrer …. Cela donne une dimension mystérieuse et poétique supplémentaire à l’image
    Ma préférée c’est celle des « Mâts géométriques »

  3. Bien vu le brouillard.
    Puisque tu as raté la fameuse conférence, il a dit à propos de la météo, il pleut je sors, il fait beau je sors, il y a du brouillard je sors etc…
    Le brouillard c’est vraiment bien, en ville il est assez rare et peu dense.
    Le bord de mer dans le brouillard, je n’ai jamais vu y compris en photo.
    Elles sont toutes très bien. Je ne sais pas si je n’aurais pas mis en N&B tes séries.
    J’aime bien la série de 4 les immeubles par contre sont en trop il faut les enlever.
    Les mats dans l’eau vraiment bien, une quasi abstraction. Les silhouettes au bord de l’eau rendent super bien. Comme Anne seul ou à deux top!

    1. Merci, Amor. Un brouillard aussi épais est rare aussi ici. C’est drôle que tu parles des immeubles à enlever (c’est une bonne remarque, pour plus de cohérence). C’est juste que pour moi, c’est le même endroit : quand je suis sur la plage, j’ai d’un côté la mer, de l’autre côté les immeubles. Pour le noir et blanc, je voulais tester les deux, car en couleur je trouvais que les touches de rouge apportaient un plus. J’espère retrouver un autre jour de brume dans l’hiver pour refaire la balade : en rentrant, je me suis aperçue que toutes les photos avaient une sorte de tache circulaire, que je n’ai pas réussi à enlever au post-traitement sur certaines. J’ai fini par trouver d’où ça venait et heureusement, ce n’était pas le capteur mais la lentille arrière de mon 40-150. Un petit coup de nettoyage et c’est résolu…

  4. La vision d’un endroit familier ne peut jamais correspondre à la vision d’un regard vierge. C’est un avantage et un inconvénient selon le point de vue que l’on veut donner. Les photos des gens entre ciel et mer dans la brume est plus « exotique » que ceux qui passe devant un immeuble. Elles donnent une impression de lieu sans vraiment de référence. C’est pourquoi j’avais fait la remarque et puis l’avantage de la brume c’est de gommer le décor (moche ou trop présent dixit Eric) ou de ne garder qu’une partie de celui-ci.

Laisser un commentaire