Virage radical : de la photographie à …autre chose

Des hommes et leur terre

Rebonjour à toutes et à tous ! 

J’ai laissé le blog dormir pendant tout l’hiver, puis finalement aussi au printemps, et je m’en excuse pour les quelques rares lecteurs qui suivaient mes petites escapades photographiques.

Ai-je hiberné pour autant, comme les chauve-souris, les marmottes, les grenouilles ou les écureuils ?

Petit aparté : selon futura sciences, « ce qui différencie l’hibernation de l’hivernation, c’est l’état de vigilance dans lequel se trouve l’animal qui la pratique. Lorsqu’un animal hiberne, il se trouve dans un état de léthargie avancé ».

Alors que l’animal qui hiverne somnole simplement. Son cerveau reste très réactif et il peut parfaitement se réveiller. 

Alors, comme l’ours ou le blaireau, qui sont « semi-hivernants », j’ai bien eu les neurones actifs pendant l’hiver, même si vous ne m’avez pas vu ! J’ai en revanche laissé mon appareil photo de côté, pour me consacrer à d’autres sujets.

Le réveil de la bête ! 

En effet, pendant ces quelques mois d’hiver (pas très froid, d’ailleurs) puis de printemps, mon cerveau, voire mes tripes ont pris en pleine poire la réalité de notre société industrialisée et les risques à venir en matière de réchauffement climatique et d’énergie.

J’étais jusqu’à une date récente totalement « climato-ignorante », comme une majorité de gens (et de journalistes et de décideurs d’ailleurs).

Continuer la lecture de « Virage radical : de la photographie à …autre chose »