Balade d’été à Mortagne sur Gironde

Publié le Publié dans balades d'été

A 30 kms au sud de Royan, un petit village résiste encore et toujours à l’envahisseur.

Je plaisante, mais en plein mois d’août, quand les plages de la côte Royannaise sont totalement saturées de serviettes et de parasols au point qu’on ne voit plus le sable blanc, il peut être plus attrayant de suivre la route de l’estuaire de la Gironde (très jolie) pour rejoindre la petite ville et le port de Mortagne sur Gironde.

,

Salon du livre sous les chênes

Dimanche 6 août, se tenait le « salon du livre de l’estuaire et de Montagne sur Gironde ». C’est une manifestation annuelle rassemblant des auteurs locaux qui mettent en valeur le patrimoine culturel des alentours.

Des romans, des jeux de société, des livres pour enfants, des B.D… de quoi occuper petits et grands, sous des tivolis à l’ombre des grands arbres de la place située port de la Rive.

Salon du livre, Mortagne sur Gironde

 

Lecture old school

C’était l’occasion de flâner au soleil, en discutant avec certains auteurs, présents sur les stands. J’y ai retrouvé un auteur de polar du coin, Jacques Edmond Machefer, que je croise de temps en temps de façon virtuelle sur facebook. C’est sympa de rencontrer des gens dans la vraie vie après avoir échangé sur le net. C’est un « gars du coin », de Breuillet, plus exactement, un dingue de Jazz, un amoureux des mots et de photos. Je ne connaissais pas ses romans, et c’était l’occasion où jamais de découvrir son dernier ouvrage, Les anges de la Coubre, une enquête sur des disparitions d’enfants dans la forêt du côté de la Palmyre.

L’image contient peut-être : texte
Photo de couverture et roman de Jacques Edmond Machefer

Je suis assez fan de polars et thrillers, mais je ne lis pas assez d’autres genres pour pouvoir donner un avis éclairé sur ce bouquin.

En revanche, je sais combien l’écriture (pour la pratiquer à toute petite échelle) est un exercice passionnant mais ardu. Ce qui m’a plu dans Les anges de la Coubre, ce sont les anecdotes, récentes et plus anciennes, les légendes et l’histoire des lieux, de Royan à La Palmyre. C’est aussi les quelques expressions du patois charentais, qui fleurissent au hasard des pages, et qui me rappelle ma grand-mère !

Au delà de l’intrigue, l’auteur y partage avec délectation ses passions, de la musique aux bons vins, en passant par sa connaissance approfondie de la région. Son héros, écrivain public, détective amateur à l’humour impertinent se décrit comme un peu anar, désabusé, et amateur de jolies femmes… M’est avis que l’ écrivain livre beaucoup de lui-même dans son roman 🙂

En bon amateur de photo, c’est l’auteur qui a réalisé la photo de la couverture.

Voilà pour la découverte du salon du livre. Ma soeur a aussi trouvé des bouquins très bien faits pour les enfants qui n’aiment pas lire. Des histoires qui attirent les petits lecteurs réticents, avec une page « classique » et une autre simplifiée, pour les inviter en douceur dans le monde merveilleux de la littérature.

 

Le port et la « petite Camargue »

Après cette pause littéraire, nous avons poursuivi notre balade le long du port tout en longueur de Mortagne, où les petits voiliers paressent tranquillement. Une famille anglaise (le coin attire pas mal de ressortissants britanniques) s’amusait à sauter dans l’eau du port, et le chien n’était pas le dernier à profiter de la baignade.

Baignade au port

 

Globe-flotteurs

 

Alignement familial

Le chenal qui mène au port débouche sur l’estuaire de la Gironde. Un chemin piétonnier serpente entre les marais, avec au loin, les falaises mortes (car elles se dressent au milieu des terres, et ne sont plus érodées par la mer).

Dans les marais de la petite Camargue

C’est un territoire protégé et un lieu de passage des oiseaux migrateurs. On l’appelle, toute proportion gardée, « la petite Camargue ».

Le chemin de l’estuaire

Il suffit d’environ un petit kilomètre pour atteindre le promontoire, qui permet une vue dégagée sur la Gironde.

Vue sur Gironde

Pour vous en donner une idée plus complète, et si vous voulez profiter d’une balade paisible au petit matin, voilà une  vidéo de France 3 Nouvelle-Aquitaine très intéressante.

La minoterie revisitée en brocante

Au retour, après un petit rafraîchissement bien mérité à l’une des terrasses des bistrots du port, nous voilà devant la minoterie, reconvertie depuis peu (mai 2016) en un immense espace destiné à la brocante et aux artistes plasticiens.

La minoterie avait fermé ses portes il y a bien longtemps et l’énorme bâtiment avait été laissé à l’abandon. Il a été racheté par Ann-Sofie Stragier, belge d’origine. C’est un boulot de titan d’avoir restauré ce lieu. Le résultat est bluffant.

La hauteur de plafond, les couleurs vives des parois de fer, les vieilles pierres et les verrières offrent un étonnant écrin aux objets anciens et aux œuvres des artistes. Spontanément, le mode portrait s’est imposé pour capter la hauteur des lieux.

J’avoue que je me suis laissé emportée, j’ai mitraillé pas mal !

En voici un petit florilège :

De quoi faire un poster coloré…


 

Comme vous le voyez, je me suis bien amusée, à défaut d’avoir acheté quelque chose ! L’après-midi sur le port de Mortagne se terminait, dans une belle lumière.

Voiliers ensoleillés
Voiliers ensoleillés

Il n’est pas nécessaire d’aller très loin pour voyager…

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux»
Marcel Proust 

9 réflexions au sujet de « Balade d’été à Mortagne sur Gironde »

  1. Merci pour cette belle balade Esther ! J’aime beaucoup ta série très colorée sur la brocante et j’ai également un petit coup de cœur pour ce petit bouquet printanier en début d’article.
    Tu m’as donné envie d’aller à la découverte de cet auteur, JE Machefer, que je ne connais pas. La photo de couverture du livre ajoute une touche supplémentaire à ma curiosité 🙂

    1. Merci Lounamai, j’ai commencé les photos dans ce joli lieu en mode portrait, ce que je fais rarement, et je me suis dit que ça donnerai une unité au « poster » !

  2. Elle est bien jolie cette phrase de conclusion et tellement vraie 🙂
    Il y a beaucoup à découvrir sans même faire de grands déplacements, il suffit d’être un peu curieux 😉
    Ton idée de balade me tente bien et j’aime beaucoup tes images en noir et blanc.

    1. Merci Marie. Je connaissais cette phrase, mais j’avais oublié l’auteur. Cela aurait pu être une citation de photographe, non ? Si tu passes dans la région, c’est une balade à faire, en effet. Il y a aussi un ermitage dans les falaises, et un atelier de réparation de bateaux, ça peut faire d’autres sujets photos intéressants.

  3. Un bien joli coin, j’aime beaucoup tes triptyques objets en mode portrait les teintes se répondent bien et le format dynamise bien les objets (avec le petit selfie en prime).
    Dès qu’il y a plus la mer tu enlèves une bonne masse de gens.
    Je suppose que l’eau n’est pas salé à cet endroit.
    Bien vu la citation proustienne. Regardons d’un œil neuf.
    Et Prague ça se prépare ?

    1. Merci Amor. En mode portrait, les tryptiques sont venus naturellement, je les ai quasiment visualisés au moment de la prise de vue. Tu as l’œil pour le selfie 😉
      L’eau est encore un peu salée dans l’estuaire, c’est au confluent de la mer et du fleuve…
      Prague, c’est pour début octobre, mais je révise avant !!!

  4. Je crois que j’ai dû aller pas trop loin. Je suis allée à Tauriac.
    Les tryptiques sont superbes, les couleurs et le format leur vont bien.
    J’aime bien tes noirs et blancs surtout le dernier de la dernière galerie !
    Si tu as des questions pour Prague, n’hésitez pas, je n’ai sûrement pas tout dit dans mes articles. 😉

    1. J’ai cherché Tauriac, c’est en effet pas très loin, mais côté Gironde. Il y avait de quoi faire question couleurs 🙂
      J’étudierai Prague très bientôt, sure que je te poserai des questions si besoin, merci !

Laisser un commentaire