Armand le goéland, ou le blues du capteur

Publié le Publié dans balades d'été, découverte de la photo

goelandcapteur0004Le phare de Cordouan est un incontournable  par chez nous. On l’aperçoit plus ou moins bien selon le temps, depuis toutes nos plages, criques, baies, conches, rivages et autres côtes. Il est un repère pour les bateaux en tout genre et un bel édifice, planté dans l’estuaire de la Gironde, sur un banc de sable, qui ne se découvre qu’à marée basse. Il a été classé monument historique il y a 150 ans, comme la Notre-Dame de Paris, et c’est le plus ancien des phares français encore en activité ( source : http://www.phare-de-cordouan.fr/); Les touristes peuvent le visiter du printemps à l’automne, plusieurs compagnies de petits bateaux de croisière se proposent de vous y emmener, en tenant bien sur compte de l’horaire des marées. Sinon, vous resterez coincés sur place ! Et pensez à prendre des shorts, ou des pantalons qui sèchent vite, ainsi que des chaussures peu fragiles, car le débarquement se fait toujours les pieds dans l’eau et plutôt jusqu’aux cuisses !

J’ai du y aller deux ou trois fois, profitant que des amis débarquent l’été pour m’y entraîner. Vous savez comment ça se passe : on a tous des merveilles à visiter près de chez soi, on se dit toujours qu’on ira y faire un tour, mais la vie quotidienne prend le dessus, et on passe à autre chose…

goelandcapteur0001

Cette fois, un ami nous propose d’y aller en voilier pour la journée : ça se refuse ?! surement pas !  Météo vérifiée : beau temps, mer calme, petit vent  jusqu’en milieu d’après-midi, l’idéal pour cette sortie en mer. Marée basse à 13h, parfait pour envisager un petit pique-nique sur place. Elle est pas belle, la vie ?!

goelandcapteur0005

Et dans le sac à dos, mon pentax bien à l’abri des chocs et de l’humidité dans une housse faite maison (je vous montrerai ça un jour !) et dans un sac plastique. J’ai même envisagé de lui trouver une petite bouée 😉

J’ai du prendre 200 photos, histoire de ne pas rater un bon moment, et pouvoir en garder une grosse vingtaine. Mes compagnons de croisière se sont demandés si j’étais là pour un reportage ! finalement au bout de quelques minutes, ils n’y faisaient plus attention, et tant mieux !

goelandcapteur0002

Cette balade estivale fera l’objet de plusieurs posts, non pas pour vous raconter toute ma journée, ce qui pourrait être un peu barbant, mais pour me focaliser sur quelques sujets photos.

goelandcapteur0003

Et le premier qui m’a sauté aux yeux (si je puis dire!), c’est ce f*cking de capteur sale ! Quand on utilise un compact, on n’a pas à se préoccuper du capteur (je savais tout juste à quoi ça servait avant mon reflex !). Cette pièce maîtresse de l’appareil photo ne craint rien sur un appareil compact : pas de changement d’objectif, pas de risque… Mais depuis que j’ai mon pentax, ce capteur m’en a donné, du souci… cette partie de l’appareil est très délicate, et quand on change d’objectif, il peut s’y glisser des poussières qui font des taches disgracieuses et gâchent toutes vos photos.

C’est toujours rattrapable avec un logiciel, même simple, comme photofiltre, mais c’est très pénible et long. J’ai lu des tas de conseils sur le net, mais ce qui revient toujours, c’est : soyez prudent, un capteur est fragile, ne le nettoyez vous-même que si vous êtes sur de ne pas faire plus encore de dégâts… il existe différentes solutions, mais toujours à utiliser avec précaution.

Bref, j’ai déjà fait deux fois nettoyer mon capteur en 8 mois, la première m’a coûté 40€ par un professionnel, la seconde a été offert gracieusement par le vendeur de mon magasin photo préféré : il a utilisé une bombe à air dépoussiérante  en faisant bien attention de la tenir verticalement et l’appareil vers le bas, pour éviter que le gaz propulseur d’air ne vienne rajouter des taches supplémentaires. Je ne suis pas une fan du ménage chez moi (bon, c’est propre quand même, hein !) et je ne suis pas spécialement maniaque. Mais là, il faut vraiment prendre soin de la bête.

J’ai fait très attention à reproduite les gestes du professionnel chez moi, au retour d’une sortie photo, après avoir de nouveau vu une petite tache se reproduisant sur chaque photo. Hélas, je n’ai sans doute pas le même coup de main, et non seulement la petite tache est restée, mais d’autres minuscules mais bien présentes se sont ajoutées. Et je ne chipote pas : par grand ciel bleu, on ne voit QUE ÇA ! Je vais donc retourner voir mon vendeur pour qu’il me sauve de la déprime du photographe : hier soir, en triant mes clichés, j’en aurai pleuré ! oui, je sais, il y a pire dans la vie, j’ai donc relativisé. Vous voyez, je ne suis pas une si grande malade !

Preuve à l’appui : (j’ai entouré les taches, mais même sans ça, vous voyez ce que je veux dire…)

goelandcapteur0007

Ce n’est pas la même photo mais j’ai pris plusieurs portraits de ce copain d’un jour, venu s’installer tranquillement sur notre bateau. j’ai du nettoyer toutes mes photos une à une, pfff !

goelandcapteur0006

Un peu plus tard…

Je suis donc passée chez mon vendeur préféré (CAMARA pour ne pas le nommer), et je lui ai fait part de mon problème. Il m’a confirmé que ce n’était pas la manipulation de la bombe anti poussière qui avait fait des dégâts, mais plutôt le zoom. Ah, bon ?!

Oui, et cela s’explique bien : avec un zoom, surtout une assez grande longueur de focale, comme le 18-200, le fait de manipuler les bagues fait l’effet d’une « pompe à air » et donc aussi à une pompe à poussières. D’ailleurs, en jouant à zoomer dézoomer, on sent un peu l’air à travers le viseur, c’est vous dire… j’aurais ainsi appris ça, et je m’empresse de vous le faire partager. Il n’y a donc pas que le changement des objectifs qui est responsable de l’entrée des poussières dans le coeur de l’appareil. Et comme je balade mon appareil pas très loin du sable, je vous laisser imaginer.

Le vendeur m’a expliqué qu’il avait le même problème avec son zoom, et qu’il était pourtant précautionneux ( je suppose qu’il doit l’être quand même 😉 )

Bon, il va falloir essayer les grands moyens, à savoir un système de spatules à usage unique, à passer une seule fois sur le capteur. Rien que d’y penser, j’ai des sueurs froides !

Mais c’est ça, où je vais passer ma paye dans un nettoyage hebdomadaire par un pro !

CAMARA m’a vendu le kit « Green Clean, wet and dry sweeper », pour 4 utilisations, 24.90€. On en trouve de plusieurs marques et sur plein de sites photos. Pour les stressé(e)s, on trouve une vidéo démo sur www.sensor-cleaning-system info. Je ne suis pas sponsorisée, ce n’est donc pas de la pub, juste ce que j’ai testé.

Je n’ai pas le mini aspirateur sensé servir avant ce nettoyage (j’ai déjà du mal à ne pas oublier de passer l’aspirateur chez moi, alors le format mini, encore moins !).

J’ai utilisé avec une grande délicatesse la bombe anti poussière, mais si vous ne voulez pas vous faire peur, une soufflette toute simple suffit, à condition de ne pas toucher le capteur avec. Je suppose que le mini aspirateur doit être plus efficace, car il ne fait pas que remuer la poussière, il …l’aspire ;-).

J’ai nettoyé soigneusement ma surface de travail, et  j’ai levé le capteur (fonction à trouver dans le menu du reflex). Au fait, il faut que la batterie soit chargée à bloc, sinon, l’appareil refuse la manœuvre.  En essayant de ne pas trembler, j’ai suivi les instructions : première lingette imbibée de produit délicatement passée en une fois, puis idem avec la spatule sèche. 

Je referme tout en respirant un grand coup ;-), et je teste : photo de ciel bleu à F22. Ça marche !!

Bon, il reste quelques micro traces tout en haut du cliché, mais je préfère en rester là plutôt que retenter l’expérience et rajouter des taches. Un petit recadrage suffira.

Attention, je partage mon expérience mais je ne suis pas une pro et je ne voudrais pas que vous preniez cet exercice comme un conseil. Allez vous renseigner avant d’essayer, je ne voudrais pas être responsable de la destruction de votre capteur ! et si ce n’est pas indispensable, ne le faites pas ! C’est quand même une manipulation stressante et risquée, au moins pour moi.

goelandcapteur0008

Sur ce, je reviendrais dans un autre post sur cette belle journée de voile…

Une réflexion au sujet de « Armand le goéland, ou le blues du capteur »

  1. Merci pour ce partage !!j’ai moi aussi eu droit aux nettoyages de capteur ..Un peu moins souvent que toi mais je tiens enfin une explication avec l’utilisation du zoom…et je n’ai toujours pas osé le faire moi même ..

    1. Je promène mon reflex tous les jours depuis que je l’ai, aussi il y a plus de risques… je peux te dire que je n’en menais pas large cet après-midi ! mais sinon, la journée à Cordouan était excellente, et j’ai quand même sauvé pas mal de photos. A bientôt !

  2. Bonjour
    Très instructif pour moi qui me balade toujours avec mon 18-55, mais à Paris avec nos nuages et nos particules fines de pollution on est blindé on ne voit pas les tâches (je plaisante).

Laisser un commentaire